La Cabbale et le génie de Fabre d'Olivet. Extrait de la dissertation introductive de la Langue hébraïque restituée de Fabre d’Olivet. Langue hébraïque restituée utilisée pour le décryptage des 10 premiers chapitres du Sépher de Moïse, les Tables de la Loi originelles : " Il est, n’en doutez pas, des moments marqués par la Providence, où l’impulsion qu’elle donne vers de nouvelles idées, sapant des préjugés utiles dans leur origine, mais devenus superflus, les forces à céder, comme un habile architecte déblayant les grossières charpentes qui lui ont servi à supporter les voûtes de son édifice. Autant, il serait maladroit ou coupable d’attaquer ces préjugés ou d’ébranler ces charpentes, lorsqu’ils servent encore d’étai soit à l’édifice social, soit à l’édifice particulier, et d’aller, sous prétexte de leur rusticité, de leur mauvaise grâce, de leur embarras nécessaire, les renverser hors de propos ; autant il serait ridicule ou timide de les laisser en place les uns et les autre, par l’effet d’un respect frivole ou suranné, d’une faiblesse superstitieuse et condamnable, lorsqu’ils ne servent plus à rien, qu’ils encombrent, qu’ils masquent, qu’ils dénaturent des institutions plus sages, ou des portiques plus nobles et plus élevés. Sans doute, dans le premier cas, et pour suivre ma comparaison, ou le Prince ou l’architecte doivent arrêter l’ignorant audacieux, et l’empêcher de s’ensevelir lui-même sous des ruines inévitables ; mais dans le second, au contraire, ils doivent accueillir l’homme intrépide qui, se présentant, ou le flambeau ou le levier à la main, leur offre, malgré quelques périls, un service toujours difficile. Si j’étais né un siècle ou deux plus tôt, et que des circonstances heureuses, servies par un travail opiniâtre, eussent mis les mêmes vérités à ma portée, je les aurais tues, comme ont dû les taire ou les renfermer hermétiquement plusieurs savants de toutes les nations ; mais les temps sont changés. Je vois, en jetant les yeux autour de moi, que la Providence ouvre les portes d’un nouveau jour. Partout les institutions se mettent en harmonie avec les lumières du siècle. Je n’ai point balancé. Quel que soit le succès de mes efforts, ils ont pour but le bien de l’humanité, et cette conscience intime me suffit. Je vais donc restituer la Langue hébraïque dans ses principes originels, et montrer la rectitude et la force de ces principes en donnant, par leur moyen, une traduction nouvelle de cette partie du Sépher qui contient la Cosmogonie de Moyse. Je me trouve engagé à remplir cette double tâche par le choix même que j’ai fait, et dont il est inutile d’expliquer davantage les motifs. ...C’est dans cet état d’ignorance, et lorsque la Bible grecque usurpait partout la place du Sépher hébraïque, que la Providence, voulant changer la face du Monde, et opérer un de ces mouvements nécessaires, dont je crois inutile d’exposer la raison profonde, suscita Jésus. Un nouveau culte naquit. Le christianisme, d’abord obscur, considéré comme une secte juive, s’étendit, s’éleva, couvrit l’Asie, l’Afrique et l’Europe. L’empire romain en fut enveloppé. Jésus et ses disciples avaient toujours cité la Bible grecque ; les Pères de l’Église s’attachèrent à ce livre avec un respect religieux, le crurent inspiré, écrit par des prophètes, méprisèrent le texte hébraïque, et comme le dit expressément St. Augustin, ignorèrent même son existence. Cependant les Juifs, effrayés de ce mouvement qu’ils étaient hors d’état d’apprécier, maudirent le livre qui le causait.. Les rabbins, soit par politique, soit que la loi orale transpirât, se moquèrent ouvertement d’une version illusoire, la décrièrent comme un ouvrage faux, et la firent considérer aux Juifs comme plus funeste pour Israël, que le veau d’or. Ils publièrent que la Terre avait été couverte de ténèbres pendant trois jours à cause de cette profanation du Livre saint ; et, comme on peut le voir dans le Thalmud, ordonnèrent un jeûne annuel de trois jours en mémoire de cet événement. Ces précautions étaient tardives ; le dépôt mal gardé devait changer de main. Israël, semblable à un coffre grossier, fermé d’une triple serrure, mais usé par le temps, ne lui offrait plus un asile assez sûr. Une révolution terrible s’approchait : Jérusalem allait tomber, et l’Empire romain, cadavre politique, était promis aux vautours du Nord. Déjà les ténèbres de l’ignorance noircissaient l’horizon ; déjà les cris des Barbares se faisaient entendre dans le lointain. Il fallait opposer à ces redoutables ennemis un obstacle insurmontable. Cet obstacle était ce livre même qui devait les soumettre et qu’ils ne devaient point comprendre. Les Juifs ni les Chrétiens ne pouvaient entrer dans la profondeur de ces desseins. Ils s’accusaient réciproquement d’ignorance et de mauvaise foi. Les Juifs, possesseurs d’un texte original dont ils n’entendaient plus la langue, frappaient d’anathème une version qui n’en rendait que les formes extérieures et grossières. Les Chrétiens, contents de ces formes que du moins ils saisissaient, m’allaient pas plus avant, et méprisaient tout le reste. Il est vrai que de temps en temps il s’élevait parmi eux des hommes qui, profitant d’un reste de clarté dans ces jours ténébreux, osaient fixer la base de leur croyance, et la jugeant au fond ce qu’ils la voyaient dans ses formes, s’en détachaient brusquement et avec dédain. Tels furent Valentin, Basilide, Marcion, Apelles, Bardesane, et Manès le plus terrible des adversaires que la Bible ait rencontrés. Tous traitaient d’impie l’auteur d’un livre où l’Être bon par excellence est représenté comme l’auteur du mal ; où cet Être crée sans dessein, préfère arbitrairement, se repend, s’irrite, punit sur une postérité innocente le crime d’un seul dont il a préparé la chute. Manès, jugeant Moyse sur le livre que les chrétiens disaient être de lui, regardait ce prophète comme ayant été inspiré par le Génie du mal. Marcion, un peu moins sévère, ne voyait en lui que l’organe du Créateur du monde élémentaire, fort différent de l’Être-Suprême. Les uns et les antres causèrent des orages plus ou moins violents, suivant la force de leur génie. Ils ne réussirent pas, quoiqu’ils eussent en ce point la vérité pour eux, parce que leur attaque était imprudente, intempestive, et que sans le savoir, ils portaient hors de propos, le flambeau sur une charpente rustique, préparés ; pour soutenir un édifice plus imposant et plus vrai. Ceux des Pères dont les yeux, n’étaient pas tout à fait fascinés, cherchaient des biais pour éluder les plus fortes difficultés. Les uns accusaient les Juifs d’avoir fourré dans les livres de Moyse des choses fausses et injurieuses à la Divinité ; les autres avaient recours aux allégories. St Augustin convenait qu’il n’y avait pas moyen de conserver le sens littéral des trois premiers chapitres de la Genèse, sans blesser la piété, sans attribuer à Dieu des choses indignes de lui. Origène avouait que si l’on prenait l’histoire de la création dans le sens littéral, elle est absurde et contradictoire. Il plaignait les ignorants, qui, séduits par la lettre de la Bible, attribuaient à Dieu des sentiments et des actions qu’on ne voudrait pas attribuer au plus injuste : et au plus barbare de tous les hommes. Le savant Beausobre, dans son Histoire du Manichéisme, et Pétais, dans ses Dogmes théologiques, citent une foule d’exemples semblables. Le dernier des Pères qui vit l’horrible défaut de la version des hellénistes, et qui voulut y remédier, fut St Jérôme. Je rends une entière justice à ses intentions. Ce Père, d’un caractère ardent, d’un esprit explorateur, aurait remédié au mal, si le mal eût été de nature à céder à ses efforts. Trop prudent pour causer un scandale semblable à celui de Marcion, ou de Manès ; trop judicieux pour se renfermer clans de vaines subtilités comme Origène ou St Augustin, il sentit bien que le seul moyen d’arriver à la vérité était de recourir au texte original. Ce texte était entièrement inconnu. Le Grec était tout. C’était sur le grec, chose extraordinaire et tout à fait bizarre ! qu’on avait fait, à mesure qu’on en avait eu besoin, non seulement la version latine, mais la copte, l’éthiopienne, l’arabe, la syriaque même, la persane, et les antres. Mais pour recourir au texte original il audit fallu entendre l’hébreu. Et comment entendre une langue perdue depuis plus de mille ans ? Les Juifs, à l’exception d’un très petit nombre de sages auxquels les plus horribles tourments ne l’auraient pas arrachée, ne la savaient guère mieux que St. Jérôme. Cependant le seul moyen qui resta à ce Père était de s’adresser aux Juifs. Il prit un maître parmi les rabbins de l’école de Tibériade. A cette nouvelle, toute l’Église chrétienne jette un cri d’indignation. St. Augustin blâme hautement St Jérôme. Ruffin l’attaque sans ménagements. St. Jérôme, en butte à cet orage, se repent d’avoir dit que la version des Septante était mauvaise ; il tergiverse ; tantôt il dit, pour flatter le vulgaire, que le texte hébraïque est corrompu ; tantôt il exalte ce texte, dont il assure que les Juifs n’ont pu corrompre une seule ligne. Lorsqu’on lui reproche ces contradictions, il répond qu’on ignore les lois de la dialectique, qu’on ne sait pas que dans les disputes on parle tantôt d’une manière et tantôt d’une autre, et qu’on fait le contraire de ce qu’on dit. Il s’appuie de l’exemple de St. Paul ; il cite Origène. Ruffin le traite d’impie, lui répond qu’Origène ne s’est jamais oublié au point de traduire l’hébreu, et que des Juifs ou des apostats seuls peuvent l’entreprendre. St. Augustin, un peu moins emporté, n’accuse pas les Juifs d’avoir corrompu le texte sacré ; il ne traite pas St. Jérôme d’impie et d’apostat ; il convient même que la version des Septante est souvent incompréhensible ; mais il a recours à la providence de Dieu , qui a permis que ces interprètes aient traduit l’Écriture de la manière qu’il jugeait, être le plus à propos pour les nations qui devaient embrasser la religion chrétienne. Au milieu de ces contradictions sans nombre, St. Jérôme a le courage de poursuivre son dessein ; niais d’autres contradiction, d’autres obstacles plus terribles l’attendent. Il voit que l’hébreu qu’il veut saisir lui échappe à chaque instant ; que les Juifs qu’il consulte flottent dans la plus grande incertitude ; qu’ils ne s’accordent point sur le sens des mots, qu’ils n’ont aucun principe fixe, aucune grammaire ; que le seul lexique enfin dont il puisse se servir est cette même version hellénistique, qu’il a prétendu corriger. Quel est donc le résultat de son travail une nouvelle traduction de la Bible grecque, faite dans un latin un peu moins barbare que les traductions précédentes, et confrontée avec le texte hébraïque, sous le rapport des formes littérales. St. Jérôme ne pouvait pas faire davantage. Eût-il pénétré dans les principes les plus intimes de l’hébreu ; le génie de cette langue se fût-il dévoilé à ses yeux, il aurait été contraint par la force des choses, ou de se taire, ou de se renfermer dans la version des hellénistes. Cette version, jugée le fruit d’une inspiration divine, dominait les esprits de telle sorte, qu’il fallait se perdre comme Marcion, ou la suivre dans son obscurité nécessaire.
La Cosmogonie du Sépher de Moïse, traduction de la version décryptée par Antoine Fabre d'Olivet
Moïse par Rembrandt
698
- Hermès
- Accueil
- Cabbale
  - accueil c
  - Salle Cabbale
  - Naos cabbale 0
  - Naos cabbale 1
  - VH Adam Eve 0
  - VH Adam Eve 1
  - VH Adam Eve 2
  - VH Adam Eve 3
  - VH Adam Eve 4
  - VH Adam Eve 5
  - VH Adam Eve 6-
  - VH Adam Eve 7
  - VH Adam Eve 8
  - VH Adam Eve 9
  - VH Adam Eve 10
  - VH Adam Eve 11-
  - VH Adam Eve 12
  - VH Adam Eve 13
  - VH Adam Eve 14
  - VH Adam Eve 15
  - VH Adam Eve 16
  - VH Adam Eve 17
  - VH Adam Eve 18
  - VH Adam Eve 19
  - VH Adam Eve 20
  - VH Adam Eve 21
  - VH Adam Eve 22
  - VH Adam Eve 23
  - VH Adam Eve 24
  - VH Adam Eve 25
  - VH Adam Eve 26
  - VH Adam Eve 27
  - VH Adam Eve 28
  - VH Adam Eve 29
  - VH Adam Eve 30
  - Adam Eve 0
  - Adam Eve 1
  - Adam Eve 2
  - Adam Eve 3
  - Adam Eve 4
  - Adam Eve 5-
  - Adam Eve 6
  - Adam Eve 7
  - Adam Eve 8
  - Adam Eve 9
  - Adam Eve 10
  - Adam Eve 11
  - Adam Eve 12
  - Adam Eve 13
  - Adam Eve 14-
  - Adam Eve 15
  - Adam Eve 16
  - Adam Eve 17
  - Adam Eve 18
  - Adam Eve 19
  - Adam Eve 20
  - Adam Eve 21
  - Adam Eve 22
  - Adam Eve 23
  - Adam Eve 24
  - Adam Eve 25-
  - Adam Eve 26
  - Adam Eve 27
  - Adam Eve 28
  - Adam Eve 29
  - Adam Eve 30
  - Adam Eve 31
  - Adam Eve 32
  - Adam Eve 33
  - Adam Eve 34
  - Adam Eve 35
  - Adam Eve 36
  - Adam Eve 37
  - Adam Eve 38
  - Adam Eve 39
  - Adam Eve 40-
  - Adam Eve 41
  - Adam Eve 42
  - Adam Eve 43
  - Adam Eve 44
  - Adam Eve 45
  - Adam Eve 46
  - Adam Eve 47
  - Adam Eve 48
  - Adam Eve 49
  - Adam Eve 50
  - Adam Eve 51
  - Adam Eve 52
  - Adam Eve 53
  - Adam Eve 54-
  - Adam Eve 55
  - Adam Eve 56
  - Fabre Olivet 0
  - Fabre Olivet 1
  - Fabre Olivet 2
  - Fabre Olivet 3
  - Fabre Olivet 4
  - Fabre Olivet 5
  - Fabre Olivet 6
  - Fabre Olivet 7
  - Fabre Olivet 8
  - Fabre Olivet 9
  - Fabre Olivet 10
  - Fabre Olivet 11
  - Fabre Olivet 12
  - Fabre Olivet 13
  - Sepher Moïse 1
  - Sepher Moïse 2
  - Sepher Moïse 3
  - Sepher Moïse 4
  - Sepher Moïse 5
  - Sepher Moïse 6
  - Sépher Moïse 7
  - Sépher Moïse 8
  - Cabbale Adam 0
  - Cabbale Adam 1
  - Cabbale Adam 2
  - Cabbale Adam 3
  - Cabbale Adam 4
  - Cabbale Adam 5
  - Cabbale Adam 6
  - Cabbale Adam 7
  - Cabbale Adam 8
  - Cabbale Adam 9
  - Cabbale Adam 10
  - Cabbale Adam 11
  - Cabbale Adam 12
  - Cabbale Adam 13
  - Cabbale Adam 14
  - Cabbale Adam 15
  - Cabbale Adam 16
  - Cabbale SYA 1
  - Cabbale SYA 2
  - Cabbale SYA 3
  - Cabbale SYA 4
  - Cabbale SYA 5
  - Cabbale H 1
  - Cabbale H 2
  - Cabbale H 3
  - Cabbale H 4
  - Cabbale H 5
  - Cabbale H 6
  - Cabbale H 7
  - Cabbale H 8
  - Cabbale H 9
  - Cabbale H 10
  - Espace 3y
  - Le constat 1
  - Le constat 2
  - Le constat 3
  - Le constat 4
  - Le constat 5
  - Anc Test 1
  - Anc Test 2
  - Anc Test 3
  - Anc Test 4
  - Anc Test 5
  - Nouv Test 1
  - Nouv Test 2
  - Nouv Test 3
  - Nouv Test 4
  - Nouv Test 5
  - Ste Gle 1
  - Ste Gle 2
  - Ste Gle 3
  - Ste Gle 4
  - Ste Gle 5
  - Gd secret 1
  - Gd secret 2
  - Gd secret 3
  - Gd secret 4
  - Gd secret 5
  - Du visible 1
  - Du visible 2
  - Du visible 3
  - Du visible 4
  - Du visible 5
  - Divin Créa 1
  - Divin Créa 2
  - Divin Créa 3
  - Divin Créa 4
  - Divin Créa 5
  - Karma Cabbale 1
  - Karma Cabbale 2
  - Karma Cabbale 3
  - Karma Cabbale 4
  - Karma Cabbale 5
  - Conn Cabbale 1
  - Conn Cabbale 2
  - Conn Cabbale 3
  - Conn Cabbale 4
  - Conn Cabbale 5
  - Vie et cabbale 1
  - Vie et cabbale 2
  - Vie et cabbale 3
  - Vie et cabbale 4
  - Vie et cabbale 5
  - Télécharg 3y
  - Téléchargé A&E
  - A&E gratuit 2
  - Chro Cabbale 0
  - Chro Cabbale 1
  - Chro Cabbale 2
  - Chro Cabbale 3
  - Chro Cabbale 4
  - Chro Cabbale 5
  - Chro Cabbale 6
  - Chro Cabbale 7
  - Chro Cabbale 8
  - Chro Cabbale 9
  - Chro Cabbale 10
  - Chro Cabbale 11
  - Chro Cabbale 12
  - Chro Cabbale 13
  - Chro Cabbale 14
  - Chro Cabbale 15
  - Chro Cabbale 16
  - Chro Cabbale 17
  - Chro Cabbale 18
  - Chro Cabbale 19
  - Chro Cabbale 20
  - Chro Cabbale 21
  - Chro Cabbale 22
  - Chro Cabbale 23
  - Chro Cabbale 24
  - Chro Cabbale 25
  - Chro Cabbale 26
  - Chro Cabbale 27
  - Chro Cabbale 28
  - Chro Cabbale 29
  - Chro Cabbale 30
  - Chro Cabbale 31
  - Chro Cabbale 32
  - Chro Cabbale 33
  - Chro Cabbale 34
  - Chro Cabbale 35
  - Chro Cabbale 36
  - Chro Cabbale 37
  - Chro Cabbale 38
  - Chro Cabbale 39
  - Chro Cabbale 40
  - Stance Dzyan 0
  - Stance Dzyan 1
  - Stance Dzyan 2
  - Stance Dzyan 3
  - Stance Dzyan 4
  - Stance Dzyan 5
  - Stance Dzyan 6
  - Stance Dzyan 7
  - Stance Dzyan 8
  - Stance Dzyan 9
  - Stance Dzyan 10
  - Stance Dzyan 11
  - Stance Dzyan 12
  - Stance Dzyan 13
  - Stance Dzyan 14
  - Med cabbale 1
  - Med cabbale 2
  - Med cabbale 3
  - Med cabbale 4
  - Med cabbale 5
  - Med cabbale 6
  - Med cabbale 7
  - Med cabbale 8
  - Med cabbale 9
  - Med cabbale 10
  - Med cabbale 11
  - Med cabbale 12
  - Med cabbale 13
  - Med cabbale 14
  - Med cabbale 15
  - Med cabbale 16
  - Med cabbale 17
  - Med cabbale 18
  - Med cabbale 19
  - Med cabbale 20
  - Med cabbale 21
  - Med cabbale 22
  - Med cabbale 23
  - Med cabbale 24
  - Med cabbale 25
  - Med cabbale 26
  - Med cabbale 27
  - Med cabbale 28
  - Med cabbale 29
  - Med cabbale 30
  - Med cabbale 31
  - Med cabbale 32
  - Med cabbale 33
  - Med cabbale 34
  - Med cabbale 35
  - Med cabbale 36
  - Med cabbale 37
  - Med cabbale 38
  - Med cabbale 39
  - Med cabbale 40
  - Med cabbale 41
  - Med cabbale 42
  - Med cabbale 43
  - Med cabbale 44
  - Med cabbale 45
  - Med cabbale 46
  - Med cabbale 47
  - Med cabbale 48
  - Med cabbale 49
  - Med cabbale 50
  - Med cabbale 51
  - Med cabbale 52
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.