La véritable Histoire d'Adam et Eve enfin dévoilée.
La Cabbale, Mère de toutes les cabbales Les Tables de la Loi, commentaires du Chapitre I, du Sépher de Moïse. Versets 4 à 7 La Genèse Biblique, chapitre1 - 1.4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres Le Sépher de Moïse, chapitre I, version lissée. - 4. Et, considérant cette essence lumineuse comme bonne, il avait déterminé un moyen de séparation entre la Lumière et l'Obscurité. Le Sépher de Moïse, chapitre I, version décryptée. - 4°) Et-il-considéra, Lui-les-Dieux, cette lumière comme bonne ; et-il-fit-une-solution (il détermina un moyen de séparation) Lui-les-Dieux, entre la-lumière (élémentisation intelligible) et entre l’obscurité (force compressante et durcissante). Dans ce verset, il convient de relever que Lui-les-Dieux, considère cette lumière, (élémentisation intelligible) comme faisant partie des choses bonnes, à laquelle il oppose, en faisant une « séparation » c’est-à-dire une distinction, l’obscurité, (la polarité contraire de l’intelligible), que nous pourrions qualifier d’ignorance et de ténèbre. Ou plus encore l’inconscient collectif, (le chaos le désordre l’indéterminé), obscurité dans laquelle se féconde tout ce qui passera à la lumière intelligible, et qui s’oppose à la conscience du germe de la plante de l’embryon animal ou humain, jusqu’à la lumière qui pourra passer dans l’expression d’une idée. La Lumière, différenciée de l’Universel, est une puissance contingente d’être comme les autres, elle est donc, sous cette forme, une obscurité, comme toutes les autres puissances contingentes. Là encore, l’Évangile de Saint Jean, l’un des plus ésotériques et inspirés, nous donne une précision conforme à celle du Sépher de Moïse : « 1.5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. » Donc, dans ce verset, Lui-les-Dieux donne une faculté rayonnante spécifique à la Lumière ( Connaissance Spirituelle ) et c’est cette faculté qui rendra possible la manifestation des puissances contingentes du domaine de l’invisible (l’obscurité). Car c’est de cette Lumière que tout provient, la Matrice Universelle qu’est l’obscurité, et qui renferme les puissances contingentes, n’est fécondée que par la Lumière de laquelle elle tire toute sa substance d’être. Nous avons déjà, en principe, ce que nous retrouverons sur tous les plans de manifestation, la marque du Créateur, celui qui connaît le Bien et le Mal, et qui dès l’origine distingue les puissances contingentes. Et lorsque qu’il est indiqué dans ce verset 4: Et-il-considéra Lui-les-Dieux, cette lumière comme bonne, il convient d’entendre qu’ayant séparé la lumière rayonnante de l’obscurité, tout ce qui est en puissance contingente d’être dans cette lumière, est de l’ordre de ce qui se rapproche le plus de Lui : le Bien, la Divine Providence. La Genèse Biblique, chapitre1 - 1.5 Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour. Le Sépher de Moïse, chapitre I, version lissée. - 5. Désignant, LUI-les-Dieux, cette Lumière, élémentisation intelligible, sous le nom de Jour, manifestation phénoménique universelle, et cette Obscurité, existence sensible et matérielle, sous le nom de Nuit, manifestation négative et nutation des choses : et tel avait été l'occident, et tel avait été l'orient, le but et le moyen, le terme et le départ, de la première manifestation phénoménique. Le Sépher de Moïse, chapitre I, version décryptée. - 5°) Et-il-assigna-nom, Lui-les-Dieux, à-la-lumière, Jour (manifestation universelle) ; et-à-l’obscurité, il-assigna-nom Nuit (négation manifesté, nutation des choses) : et-fut-occident, et-fut-orient (libération et itération) ; Jour premier (première manifestation phénoménique). La comparaison de ces deux textes permet de comprendre que l’ignorance des traducteurs qui ont rédigé la Bible, les a conduit à donner un unique sens parlant, profane et matérialiste, à un texte qui doit se lire et comprendre toujours sur le plan spirituel et métaphysique le plus élevé, le Cachant, et avec l’imbrication des trois (toujours le ternaire) sens, le Propre, le Figuré, l’Esotérique. Ainsi la lumière n’est plus dans le Sépher de Moïse (version originelle) celle du jour terrestre sur le plan du Destin, mais bien la Lumière (élémentisation intelligible) que constitue le passage du principe à l’essence, et cette manifestation phénoménique est le Premier Jour. Ce jour que l’on pourrait grossièrement traduire, suivant l’analogie des signes hiéroglyphiques, par la manifestation lumineuse de l’Intelligence universelle, puisque les signes qui composent ce mot sont ceux de la manifestation unie à l’action extérieure. L’Intelligence suprême de ce qui est bon, réuni en amas rayonnant, serait encore plus proche de la signification profonde de ce mot Jour. Tout comme la Nuit n’est plus l’obscurité telle que nous la percevons sur le plan de la substance, mais la négation manifestée par une non détermination ; le Pôle négatif, la matrice passive originelle, cette obscurité, sur le plan matériel, est en astrophysique l’énergie noire, ou la matière noire qui représenterait 90% de l’univers. C’est probablement la fameuse Vierge noire dans son sens ésotérique le plus élevé Isis est une vierge noire. La Matrice Universelle. Et l’existence de ces deux polarités manifestées, implique une continuelle alternance, la nutation qui ne pourrait pas se faire sans la conscience Providence, Conscience, Destin. L’obscurité féconde, comme la Nuit au travers de nos rêves, nous permet de ressourcer nos énergies dans la Nuit de l’inconscient collectif, et le Jour, la lumière, révèle et fait passer en conscience, par une germination luxuriante de pensées et de formes, cette fécondation universelle permanente. Les signes hiéroglyphiques qui composent ce mot, symbolisent une ligne prolongée à l’infini, un mouvement sans terme, une action dont rien ne borne la durée, et aussi ce qui enveloppe et lie les choses. Relevons dans la version lissée, que l’obscurité est liée à l’existence sensible et matérielle, manifestation négative des chosesLe principe de la manifestation matérielle est donc dès l’origine une perte de la Connaissance et de l’élémentisation intelligible. Un affaiblissement de la Lumière spirituelle. Et-fut-occident, et fut-orient (libération et itération). Occident exprime ici quelque chose d’obscur, le soir, et Orient l’idée de renouvellement ; les deux réunis nous donnent le principe de cycles, qui ont souvent été traduits par sphère, mais qu’il ne faut pas associer à des formes géométriques, mais plutôt à une oscillation, que le fait créateur implique ce passage continuel de l’obscurité à la lumière et inversement, la fameuse nutation de ce verset, que nous pourrions représenter par une courbe sinusoïdale d’une représentation vibratoire, et que C.G. JUNG a traduit par la dialectique du moi et de l’inconscient. Nous avons donc dans cette première sphère de principes, ce premier Jour : Les cieux et la terre, principe de dilatation et de contraction. L’obscurité et les abîmes. Le Souffle, séparation germe de fécondation et mouvement. L’Eau Matricielle. La force compressive, astringente et durcissante. La puissance contingente d’être. La Lumière et l’Obscurité. L’Orient et l’Occident, le principe des cycles et des renouvellements, la Nutation. La Genèse Biblique, chapitre1. - 1.6 Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux. Le Sépher de Moïse, chapitre I, version lissée. - 6. Déclarant ensuite sa volonté, il avait dit, LUI-les-Dieux : il y aura une expansion éthérée au centre des eaux ; il y aura une force raréfiante opérant le partage de leurs facultés opposées. Le Sépher de Moïse chapitre 1 version décryptée. - 6°) Et-il-dit, Lui-les-Dieux, il sera fait une-raréfaction (un desserrement, une force raréfiante) au-centre des-eaux : et-il-sera-fait un-faisant-séparer (un mouvement de séparation) ente-les-eaux envers-les-eaux. Et-il-dit, formule qui suppose un verbe qui en l’état n’a pas lieu d’être, au sens où nous l’entendons, il convient donc d’entendre dans cette expression une volonté modulatrice du Souffle créateur, une pensée qui sépare, limite et donne distinction des puissances contingentes d’être, contenues dans les eaux (l’océan fluide de l’énergie primordiale de ses pensées immuables). Et parmi ses puissances distinguées, se trouve la force raréfiante, le chaud. Principe que nous retrouvons dans la célèbre formule de la Tabula Smaragdina qui dit : “ Tu sépareras le subtil de l’épais” Car contrairement à la vision simpliste et minimaliste de la Genèse Biblique, nous sommes bien dans l’alchimie Divine. C’est-à-dire qu’en donnant pouvoir à cette force raréfiante, il va se produire une transmutation en différentes densités et de ce principe de raréfaction, il y aura dans l’uniformité des eaux de l’océan originel, des différenciations, ce qui provoquera ce mouvement de séparation entre-les-eaux envers-les-eaux. Cette sédimentation du plus épais sur lui-même étant la conséquence de la force compressive et durcissante de l’obscurité (verset 2). Principe de condensation que nous retrouvons sous l’aspect matériel par la condensation de l’eau contenue dans l’air. Si nous prenions un espace limité contenant sous forme gazeuse de l’eau, et que nous parvenions à concentrer toute cette eau dans un récipient se trouvant au milieu de cet espace, dans l’un comme dans l’autre cas, nous n’aurions pas plus ou moins d’eau, mais juste une différence de concentration à l’intérieur d’un même espace. Ceci pour dire que la force raréfiante ne change pas la nature des « eaux » mais donne des variations de densité. C’est un jeu à somme nulle. Notons qu’au-centre des-eaux où se manifeste cette force raréfiante, la signification des symboles hiéroglyphiques qui composent cette expression, nous donne : dans le point sympathique et central, de la passivité universelle. Le point dans le cercle, le Symbole de Lui-Les-Dieux. La Genèse Biblique, chapitre1 - 1.7 Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi. Le Sépher de Moïse, chapitre I, version lissée. - 7. Et LUI, l'Être des êtres, avait fait cette Expansion éthérée ; il avait excité ce mouvement de séparation entre les facultés inférieures des eaux, et leurs facultés supérieures ; et cela s'était fait ainsi. Le Sépher de Moïse chapitre 1 version décryptée. - 7°)Et-il-fit, Lui-les-Dieux, cette ipséité-de-la-raréfaction (cette force raréfiante ; l’espace éthéré) ; et-il-fit-exister-une-séparation entre les-eaux qui-étaient par-en-bas (affaissées) de-l’espace-éthéré et-entre-les-eaux qui-étaient par-en-haut (exaltées) de-l’espace-éthéré : et-ce-fut ainsi. Nous avons dans la version du Sépher de Moïse, une indiscutable vision alchimique de la création, qui n’est pas du tout évidente dans la version Biblique Nous y retrouvons les principes de la Tabula Smaragdina : ce qui est en haut et ce qui est en bas, similaire dans l’appellation « d’eaux », ainsi que la séparation du subtil de l’épais, du fixe du volatil Et-il-fit , donc l’ipséité de la raréfaction devient, c’est-à-dire qu’Il détermina les paramètres de ce principe pour lui permettre d’exister, par ce fait cela devient une force autonome parmi les puissance contingentes, celle-ci donnera l’espace éthéré. Dans la formulation : Et-il-fit, il convient d’entendre la loi qui permet le passage de l’indéterminé au déterminé, une manifestation dans un autre état. Cette ipséité contient ce qui permettra la manifestation d’une puissance contingente, je veux parler de l’abstraction de ses propres nombres qui feront les poids, les mesures, les volumes, les durées. Dans l’antique tradition Egyptienne, il était établi que les mystères, perçus au niveau extatique ne pouvaient pas se traduire intégralement en langage courant, sans être irrémédiablement altérés Ce que démontrent d’ailleurs les diverses traductions qui, sans connaissances inspirées, s’y sont essayées. Nous retrouvons dans le courant Hermétique la cabbale du langage des oiseaux qui allie le sens propre et le sens phonétique pour atteindre le sens ésotérique. Suivant ce principe analogique, en la circonstance, l’eau, qui est celle que les alchimistes qualifient de : celle qui ne mouille pas les mains est un principe fluide et que nous pourrions, au nom du principe de correspondance de la Tabula Smaragdina, comparer par analogie à un Océan. L’Océan peut paraître transparent et liquide, il n’en comporte pas moins des montagnes fortement diluées en son sein (état volatil), l’effet « raréfiant » polarité du subtil (le Solve). Et c’est par une polarité contractante (le Fixe) que l’huître filtrant cette eau, en extrait la pierre dont elle fait sa coquille (Coagula), sans que l’intégrité de l’océan en soit affectée. Petite précision : l’analogie est correspondance mais pas identité, ceci pour dire qu’il faut toujours garder à l’esprit que les règles de la Table d’Emeraude ne se comprennent qu’avec cette distinction. La fluidité de l’eau spirituelle, n’est pas un Océan en terme concret, mais dans ses analogies principes. Le langage de transposition utilisé par Moïse, pour transmettre une connaissance cosmogonique, est une cabale, chaque fois qu’il sera perçu sous le sens uniquement profane du sens PARLANT, il égarera du sens CACHANT, qui implique pour être correctement perçu, la subtilité d’une capacité intuitive active. Ce qui vaut pour l’huître, vaut pour les poissons, et les bancs que nous pourrions comparer à des nébuleuses évoluant dans l’univers Lorsqu’un astre (poisson) disparaît, il est réabsorbé par un nuage de poussières qui par Coagulation deviendra à son tour astre. Et ce nuage de poussières avant d’être visible était dilué en principe dans cet océan Æthérique, avant que n’agissent les puissances contingentes d’êtres, chacune en rapport de leur ipséité, sous l’action de l’Énergie-Conscience. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme et s’équilibre, le jeu est toujours à somme nulle, les lois de conservation de l’énergie sont toujours respectées, et c’est ce que nous démontre le Sépher de Moïse dans sa traduction source Egypto-Hiéroglyphique ; le Tout est dans le tout et reste le Tout immuable. L’énergie se conserve éternellement, mais comme la lumière, par diffraction elle révèle sa luxuriante composition. Ce principe de séparation par densité, en milieu fluide, n’a pas été correctement perçu par les Kabbalistes hébraïques, qui de mon humble avis, se sont égarés avec leur Tsimtsoum (le retrait de Dieu pour libérer un espace hors de sa présence) Avec la contradiction paradoxale que génère ce retrait de Dieu dans un espace où il n’est pas, et qui, cet espace libéré, étant forcément d’une autre nature que la sienne, implique qu’il n’est plus le grand Tout, et donc implique l’existence d’un autre Dieu, si ce n’est d’un troisième qui contiendrait les deux, car 1 et 2 n’exitent jamais sans 3. De plus ce principe de force raréfiante « exaltation » le feu, ou contractante « sensation » le froid, est parfaitement conforme à celui de la Providence qui contient tout en principe, et du Destin dominateur dans les limites qu’il impose et qui lui sont imposées ( la matière en expression de formes). Ces forces raréfiantes et contractantes, les deux n’étant que des polarités d’une même chose, sont à comprendre sous l’aspect de différents états, l’un exalté, l’autre contracté, les eaux étant l’océan vibratoire, à l’intérieur duquel la fluidité (mouvement) permet la différence de concentration passant de l’æther à la lumière, de la lumière à l’air, de l’air à l’eau, et de l’eau à la terre. Cette eau est manifestement le Mercure des philosophes de nos alchimistes. Notons au passage la subtile distinction qui est faite entre : qui-était par-en-bas (affaissées) état de faiblesse, l’obscurité, la matière, facultés inférieures dans la version lissée, l’épais le coagula des alchimistes ; d’avec : qui-était par-en-haut (exaltées) élévation, illumination, l’élémentisation intelligible, les facultés supérieures dans la version lissée, le volatil, le solve des alchimistes, la lumière, la connaissance.. Et-ce-fut ainsi. Et ce qui n’est pas encore en manifestations tangibles fut ainsi, le futur n’est qu’un passé revisité. © Claude le Moal
643
- Hermès
- Accueil
- Cabbale
  - accueil c
  - Salle Cabbale
  - Naos cabbale 0
  - Naos cabbale 1
  - VH Adam Eve 0
  - VH Adam Eve 1
  - VH Adam Eve 2
  - VH Adam Eve 3
  - VH Adam Eve 4
  - VH Adam Eve 5
  - VH Adam Eve 6-
  - VH Adam Eve 7
  - VH Adam Eve 8
  - VH Adam Eve 9
  - VH Adam Eve 10
  - VH Adam Eve 11-
  - VH Adam Eve 12
  - VH Adam Eve 13
  - VH Adam Eve 14
  - VH Adam Eve 15
  - VH Adam Eve 16
  - VH Adam Eve 17
  - VH Adam Eve 18
  - VH Adam Eve 19
  - VH Adam Eve 20
  - VH Adam Eve 21
  - VH Adam Eve 22
  - VH Adam Eve 23
  - VH Adam Eve 24
  - VH Adam Eve 25
  - VH Adam Eve 26
  - VH Adam Eve 27
  - VH Adam Eve 28
  - VH Adam Eve 29
  - VH Adam Eve 30
  - Adam Eve 0
  - Adam Eve 1
  - Adam Eve 2
  - Adam Eve 3
  - Adam Eve 4
  - Adam Eve 5-
  - Adam Eve 6
  - Adam Eve 7
  - Adam Eve 8
  - Adam Eve 9
  - Adam Eve 10
  - Adam Eve 11
  - Adam Eve 12
  - Adam Eve 13
  - Adam Eve 14-
  - Adam Eve 15
  - Adam Eve 16
  - Adam Eve 17
  - Adam Eve 18
  - Adam Eve 19
  - Adam Eve 20
  - Adam Eve 21
  - Adam Eve 22
  - Adam Eve 23
  - Adam Eve 24
  - Adam Eve 25-
  - Adam Eve 26
  - Adam Eve 27
  - Adam Eve 28
  - Adam Eve 29
  - Adam Eve 30
  - Adam Eve 31
  - Adam Eve 32
  - Adam Eve 33
  - Adam Eve 34
  - Adam Eve 35
  - Adam Eve 36
  - Adam Eve 37
  - Adam Eve 38
  - Adam Eve 39
  - Adam Eve 40-
  - Adam Eve 41
  - Adam Eve 42
  - Adam Eve 43
  - Adam Eve 44
  - Adam Eve 45
  - Adam Eve 46
  - Adam Eve 47
  - Adam Eve 48
  - Adam Eve 49
  - Adam Eve 50
  - Adam Eve 51
  - Adam Eve 52
  - Adam Eve 53
  - Adam Eve 54-
  - Adam Eve 55
  - Adam Eve 56
  - Fabre Olivet 0
  - Fabre Olivet 1
  - Fabre Olivet 2
  - Fabre Olivet 3
  - Fabre Olivet 4
  - Fabre Olivet 5
  - Fabre Olivet 6
  - Fabre Olivet 7
  - Fabre Olivet 8
  - Fabre Olivet 9
  - Fabre Olivet 10
  - Fabre Olivet 11
  - Fabre Olivet 12
  - Fabre Olivet 13
  - Sepher Moïse 1
  - Sepher Moïse 2
  - Sepher Moïse 3
  - Sepher Moïse 4
  - Sepher Moïse 5
  - Sepher Moïse 6
  - Sépher Moïse 7
  - Sépher Moïse 8
  - Cabbale Adam 0
  - Cabbale Adam 1
  - Cabbale Adam 2
  - Cabbale Adam 3
  - Cabbale Adam 4
  - Cabbale Adam 5
  - Cabbale Adam 6
  - Cabbale Adam 7
  - Cabbale Adam 8
  - Cabbale Adam 9
  - Cabbale Adam 10
  - Cabbale Adam 11
  - Cabbale Adam 12
  - Cabbale Adam 13
  - Cabbale Adam 14
  - Cabbale Adam 15
  - Cabbale Adam 16
  - Cabbale SYA 1
  - Cabbale SYA 2
  - Cabbale SYA 3
  - Cabbale SYA 4
  - Cabbale SYA 5
  - Cabbale H 1
  - Cabbale H 2
  - Cabbale H 3
  - Cabbale H 4
  - Cabbale H 5
  - Cabbale H 6
  - Cabbale H 7
  - Cabbale H 8
  - Cabbale H 9
  - Cabbale H 10
  - Espace 3y
  - Le constat 1
  - Le constat 2
  - Le constat 3
  - Le constat 4
  - Le constat 5
  - Anc Test 1
  - Anc Test 2
  - Anc Test 3
  - Anc Test 4
  - Anc Test 5
  - Nouv Test 1
  - Nouv Test 2
  - Nouv Test 3
  - Nouv Test 4
  - Nouv Test 5
  - Ste Gle 1
  - Ste Gle 2
  - Ste Gle 3
  - Ste Gle 4
  - Ste Gle 5
  - Gd secret 1
  - Gd secret 2
  - Gd secret 3
  - Gd secret 4
  - Gd secret 5
  - Du visible 1
  - Du visible 2
  - Du visible 3
  - Du visible 4
  - Du visible 5
  - Divin Créa 1
  - Divin Créa 2
  - Divin Créa 3
  - Divin Créa 4
  - Divin Créa 5
  - Karma Cabbale 1
  - Karma Cabbale 2
  - Karma Cabbale 3
  - Karma Cabbale 4
  - Karma Cabbale 5
  - Conn Cabbale 1
  - Conn Cabbale 2
  - Conn Cabbale 3
  - Conn Cabbale 4
  - Conn Cabbale 5
  - Vie et cabbale 1
  - Vie et cabbale 2
  - Vie et cabbale 3
  - Vie et cabbale 4
  - Vie et cabbale 5
  - Télécharg 3y
  - Téléchargé A&E
  - A&E gratuit 2
  - Chro Cabbale 0
  - Chro Cabbale 1
  - Chro Cabbale 2
  - Chro Cabbale 3
  - Chro Cabbale 4
  - Chro Cabbale 5
  - Chro Cabbale 6
  - Chro Cabbale 7
  - Chro Cabbale 8
  - Chro Cabbale 9
  - Chro Cabbale 10
  - Chro Cabbale 11
  - Chro Cabbale 12
  - Chro Cabbale 13
  - Chro Cabbale 14
  - Chro Cabbale 15
  - Chro Cabbale 16
  - Chro Cabbale 17
  - Chro Cabbale 18
  - Chro Cabbale 19
  - Chro Cabbale 20
  - Chro Cabbale 21
  - Chro Cabbale 22
  - Chro Cabbale 23
  - Chro Cabbale 24
  - Chro Cabbale 25
  - Chro Cabbale 26
  - Chro Cabbale 27
  - Chro Cabbale 28
  - Chro Cabbale 29
  - Chro Cabbale 30
  - Chro Cabbale 31
  - Chro Cabbale 32
  - Chro Cabbale 33
  - Chro Cabbale 34
  - Chro Cabbale 35
  - Chro Cabbale 36
  - Chro Cabbale 37
  - Chro Cabbale 38
  - Chro Cabbale 39
  - Chro Cabbale 40
  - Stance Dzyan 0
  - Stance Dzyan 1
  - Stance Dzyan 2
  - Stance Dzyan 3
  - Stance Dzyan 4
  - Stance Dzyan 5
  - Stance Dzyan 6
  - Stance Dzyan 7
  - Stance Dzyan 8
  - Stance Dzyan 9
  - Stance Dzyan 10
  - Stance Dzyan 11
  - Stance Dzyan 12
  - Stance Dzyan 13
  - Stance Dzyan 14
  - Med cabbale 1
  - Med cabbale 2
  - Med cabbale 3
  - Med cabbale 4
  - Med cabbale 5
  - Med cabbale 6
  - Med cabbale 7
  - Med cabbale 8
  - Med cabbale 9
  - Med cabbale 10
  - Med cabbale 11
  - Med cabbale 12
  - Med cabbale 13
  - Med cabbale 14
  - Med cabbale 15
  - Med cabbale 16
  - Med cabbale 17
  - Med cabbale 18
  - Med cabbale 19
  - Med cabbale 20
  - Med cabbale 21
  - Med cabbale 22
  - Med cabbale 23
  - Med cabbale 24
  - Med cabbale 25
  - Med cabbale 26
  - Med cabbale 27
  - Med cabbale 28
  - Med cabbale 29
  - Med cabbale 30
  - Med cabbale 31
  - Med cabbale 32
  - Med cabbale 33
  - Med cabbale 34
  - Med cabbale 35
  - Med cabbale 36
  - Med cabbale 37
  - Med cabbale 38
  - Med cabbale 39
  - Med cabbale 40
  - Med cabbale 41
  - Med cabbale 42
  - Med cabbale 43
  - Med cabbale 44
  - Med cabbale 45
  - Med cabbale 46
  - Med cabbale 47
  - Med cabbale 48
  - Med cabbale 49
  - Med cabbale 50
  - Med cabbale 51
  - Med cabbale 52
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.