les dieux de l'Olympe
Chute des géants Giulio Romano
Livre d’Alchimie et d’ésotérisme les fables Égyptiennes et Grecques par Dom Antoine-Joseph Pernety. Chapitre VIII à XI : Vénus, Pallas, Mars et Harmonie, Vulcain. IL n’est point ici question d’un monstre effrayant, tel que l’est un homme demi-cheval. Il s’agit d’une Déesse au sujet de laquelle les beaux esprits de tous les pays ont donné à leur imagination l’essor le plus vif et les plus gracieux. C’est cette Déesse, mère de l’Amour, née suivant Hésiode, de l’écume de la Mer et des parties mutilées de Coelus (Théog.). Homère la dit fille de Jupiter et de Dioné. Le sentiment le plus commun est qu’elle naquit de l’écume de la Mer. Le Zéphyr la transporta sur une conque marine dans l’Ile de Chypre, d’où elle fut appelée Cypris, et de la à Cythère. Les fleurs naissaient sous ses pas, Cupidon son fils, les Jeux, les Ris l’accompagnaient toujours ; elle faisait enfin la joie et le bonheur des Dieux et des hommes. Une idée aussi riante ne pouvait que rendre agréables les descriptions que les Poètes firent à l’envi de cette Déesse. Rien n’égalait sa beauté. Les Peintres et les sculpteurs saisirent cette idée, et employèrent tout leur art pour la représenter comme ce qu’il y avait de plus aimable dans le Monde. « Voyez cette Vénus, l’ouvrage du savant Apelles, dit Antiparer de Sidon ; voyez comment cet excellent Maître a parfaitement exprimé cette eau écumeuse qui coule de ses mains et de ses cheveux, sans rien cacher de leurs grâces ; aussi dès que Pallas l’eut aperçue, elle tint à Junon ce discours : Cédons cédons, ô Junon ! à cette Déesse naissante si tout le prix de la beauté. » Paris confirma ce jugement en adjugeant la pomme d’or à Vénus, et il en reçut pour récompense Hélène, la plus belle des femmes. Le plus grand nombre des Grecs et des Romains regarda Vénus comme la Déesse de l’amour et de la volupté. Elle eut en conséquence une infinité de temples, et des femmes lascives et débauchées pour les desservir. Son culte était rempli de cérémonies conformes à ces idées. Platon, dans son banquet, admettait deux Vénus ; l’une fille du Ciel, et l’autre fille de Jupiter. La première, dit ce Philosophe, est cette ancienne Vénus, fille du Ciel, dont on, ne connaît point la mère, et que nous appelons Vénus la céleste ; et cette autre Vénus récente, fille de Jupiter et de Dioné, que nous nommons Vénus la vulgaire. C’est à ces deux qu’on doit attribuer tout ce que les Auteurs Grecs et Latins disent des diverses Vénus, donc ils parlent sous des noms différents. Leur culte aussi n’était pas le même. Polemus (Ad Timaeum.) dit que celui des Athéniens était très pur. Athenienes harum rerum observandarum fludiosi, et in sacrificiis Deorum faciendis diligentes ac pii Nephalia sacra faciunt Mnemosynae, Musis, Aurorae, Soli, Lunae, Nymphis, Veneri coelesti. Il est en général bien difficile de rien conclure de raisonnable de ce que disent tant d’Auteurs au sujet de cette Déesse, puisqu’ils en parlent, tantôt comme d’une femme débauchée, tantôt comme d’une Déesse. Ils la considèrent quelquefois comme une Planète, et quelquefois ils en parlent comme d’une passion. Les expressions des Poètes sont toujours figurées. Mais étant une Déesse si bienfaisante, et si favorable à la corruption du coeur humain dans l’esprit du commun, aurait-elle pu trouver quelqu’un qui lui déclarât la guerre ? Mais lui-même, ce Dieu de sang et de carnage, vit évanouir toute sa férocité à l’aspect de Vénus. Il était honteux de révérer Mars comme un Dieu, lui qui semblait ne se plaire qu’à la destruction de l’humanité ; mais il était naturel d’accorder les honneurs de la Divinité à Vénus qui était toute occupée à perpétuer les hommes. Mars fut en conséquence regardé comme le Dieu de la guerre, et Vénus comme la Déesse de la paix. Les Égyptiens et la plupart des anciens Grecs ne prenaient pas Vénus pour la Déesse de la volupté et du libertinage, mais pour la petite fille de Saturne, ayant pour soeur la Vérité cachée dans le fond d’un antre. Il est vrai que quelques-uns en parlaient comme d’une femme belle par excellence. Les libertins qui ne saisirent pas la véritable idée des Auteurs de ces fictions, ne la considèrent plus que comme propre à exciter le feu impur du libertinage ; et ignorants la Vérité, soeur de Vénus, ils prirent occasion de décerner à celle-ci un culte licencieux. Diodore de Sicile qui avait recueilli, autant qu’il avoir pu, les traditions Égyptiennes, dit en parlant des Dieux d’Egypte, que suivant quelques-uns, Chronos étant devenu père de Jupiter et de Junon, Jupiter eue pour enfants Osiris, Isis, Typhon, Apollon, Aphrodite ou Vénus. M. l’Abbé Banier, après avoir rapporté tous les différents sentiments au sujet de cette Déesse, conclue en ces termes (Tom,II. p. 161.) ; « Pour dire ce que je pense de cette fable, je crois qu’il faut en chercher l’origine dans la Phénicie, En effet, il n’y eut jamais d’autre Vénus que la Vénus céleste, c’est-à-dire la Planète de ce nom, honorée parmi les Orientaux, comme nous l’avons dit dans le premier Volume ; et Astarté, femme d’Adonis, dont le culte fut mêlé avec celui de cette Planète, ou, ce qui revient au même, cette Vénus Syrienne, la quatrième dans Cicéron, si célèbre dans l’Antiquité. Les Phéniciens, en conduisant leurs Colonies dans les îles de la Mer Méditerranée et dans la Grèce, y portèrent le culte de cette Déesse. » Mais si Vénus et Astarté ne sont qu’une et même Divinité, il faudra donc confondre la planète de Vénus avec la Lune, puisque, suivant ce Mythologue (Cicéron qui parle des différentes Vénus que la Théologie Païenne reconnaissait, dit (De Nat. Deor. 1. 3.) que la quatrième, qu’on appelait Astarté, était née à Tyr dans la Syrie, et mariée à Adonis. Il aurait parlé plus juste, s’il avait confondue avec la première, qu’il dit avoir été fille du Ciel et de la lumière ; car Astarté était parmi les Syriens la même que la Lune, ainsi que nous le dirons ; cette origine lui convenait parfaitement. M. l’Abbé Banier, Tom. I. p. 546.), la Lune et Astarté ne différent point entre elles. Or qu’est-ce qui confondit jamais l’une avec l’autre ? Ce n’est donc point par cette raison qu’il faut faire venir de Phénicie ou d’Egypte l’origine de Vénus. Il n’en serait cependant pas moins vrai que Vénus et Astarté pourraient être une même chose. Les Disciples d’Hermès mieux instruits sans doute de l’idée que leur Maître attachait aux Dieux feints de l’Egypte, s’y sont mieux conformés que les Mythologues, et n’ont pas pris Vénus pour la volupté ou l’appétit des animaux pour perpétuer leurs espèces. Ils n’ont point eu en vue la Planète appelée Vénus, ou Lucifer, qui parait le matin avant le lever du Soleil, ou le soir avant le coucher de ce flambeau du monde ; puisqu’il n’est pas possible de la faire naître des parties mutilées de Coelus et de l’écume de la Mer, ni de la dire avec quelque raison fille de Jupiter. Les Chimistes vulgaires ne sauraient aussi attribuer cette filiation au cuivre, à l’égard de l’étain. De quelque manière qu’on l’entende, il ne sera donc pas possible d’accorder la naissance de Vénus avec les raisonnements susdits. Michel Maïer dit que les Anciens entendaient par Vénus une matière sans laquelle on ne peut faire le grand oeuvre, et la plupart des Philosophes paraissent aussi l’avoir prise quelquefois dans ce sens là. Flamel cite ces paroles de Démocrite : « Ornez les épaules et la poitrine de la Déesse de Paphos, elle en deviendra très belle, et quittera sa couleur verte pour en prendre une dorée. Lorsque Paris eut vu cette Déesse dans cet état, il la préféra à Junon et à Pallas. Qu’est-ce que Vénus, dit le même Auteur ? Vénus comme un homme a un corps et une âme ; il faut la dépouiller de son corps matériel et grossier, pour en avoir l’esprit tingent, et la rendre propre à ce qu’on veut en faire. » Philalèthe regardait Vénus comme un des principaux ingrédients qui entrent dans la composition du Magistère (Vade mecum.). D’Espagnet cite à cette occasion ces vers du sixième livre de l’Enéide : .... Latet arbore opaca Aureus et soliis, et lento vinmine ramus Junoni infernae dictus facer ; hunc tegit omnis Lucus, et obsruris claudunt convallibus umbra, Vix ea fatus erat geminae, cum forte columbae Ipsa fsub cri viri coelo venere volantes Et viridi sedere solo : tum maximus Heros Maternas agnoscit aves. Ce Philosophe, à qui Olaus Borrichius dit (Conspect. Chymic. celeb.) : que les amateurs de la Chimie Hermétique ont tant d’obligation, prend toujours Vénus dans le sens philosophique. « Il faut, dit-il (Can. 42.) un travail d’Hercule pour la préparation ou sublimation philosophique du mercure ; car Jason n’aurait jamais entrepris son expédition sans l’aide d’Alcide. L’entrée est gardée par des bêtes à cornes, qui en éloignent ceux qui s’en approchent témérairement. Les enseignes de Diane et les colombes de Vénus sont seules capables d’adoucir leur férocité. Il ajoute au Canon 46 : Cette eau est une eau de vie, une eau permanente très limpide, appelée eau d’or et d’argent. .... Cette substance enfin très précieuse est la Vénus Hermaphrodite des Anciens, ayant l’un et l’autre Sexe, c’est-à-dire le soufre et le mercure. Et au Canon 52. Le jardin des Hespérides est gardé par un affreux dragon, dès l’entrée se présente une fontaine d’eau très claire, qui sort de sept sources, et qui se répand partout. Faites-y boire le dragon par le nombre magique trois à fois sept, jusqu’à ce qu’étant ivre, il dépouille son vêtement sale et mal-propre. Mais pour cet effet il faut vous rendre propices Vénus porte-lumière, et Diane la Cornue. » Lorsque les Philosophes ont fait allusion aux couleurs qui se manifestent dans l’oeuvre, auxquelles ils ont donné les noms des Planètes, ils ont employé celui de Vénus pour désigner la couleur jaune safranée. C’est dans cette vue que Canachus de Sicyone fît, au rapport d’Erastotenes (Liv. 3.), une Vénus d’or et d’ivoire, ayant un pavot dans une main, et une grenade dans l’autre. Vénus philosophique après la blancheur devint jaunâtre comme l’écorce d’une grenade, et enfin rouge comme l’intérieur de ce fruit, ou comme la fleur du pavot. C’est à cela qu’il faut aussi rapporter ces paroles d’Isimindrius (Code Vérité.) : « Notre soufre rouge se manifeste, quand la chaleur du feu passe les nues, et se joint avec les rayons du Soleil et de la Lune. Vénus alors a déjà vaincu Saturne et Jupiter. » Brimellus (Loc. cit.) dit aussi : « Il viendra diverses couleurs (à notre Vénus) ; le premier jour safran ; le second, comme rouille ; le troisième, comme pavot du désert ; le quatrième, comme sang fortement brûlé. » Le terme d’airain que les Adeptes ont souvent employé pour désigner leur matière avant la blancheur, n’a pas peu contribué à faire prendre le change aux Souffleurs et même aux Chimistes vulgaires, qui ont regardé en conséquence le cuivre comme la Vénus des Philosophes. Mais ce qui nous manifeste bien clairement l’idée que les Anciens attachaient à leur Vénus, est non seulement ses adultères avec Mercure et Mars, mais son mariage avec Vulcain. Ce dernier étant le feu philosophique, comme nous l’avons prouvé, et le prouverons encore, est-il surprenant qu’il ait été marié avec la matière des Philosophes ? S’il surprit cette Déesse avec le Dieu de la guerre, c’est que la couleur de rouille de fer semble être tellement unie avec la couleur citrine et safranée, appelée Vénus i qu’on ne les distingue qu’après que la rouge est dans tout son éclat. Alors Mars et Vénus se trouvent pris dans les filets de Vulcain, et le Soleil qui les y voie, les décèle ; car la couleur rouge est précisément le Soleil philosophique. Telle est l’explication la plus naturelle de cette histoire feinte de Vénus. Que les Mythologues se tourmentent l’esprit tant qu’ils voudront, en trouveront ils une plus simple ? M. l’Abbé Banier en rapporte plus d’une, et dit (Tom. II. P. 163) qu’il donne celle de Paléphate pour ce quelle vaut, parce que cet Auteur a souvent inventé de nouvelles fables pour expliquer les anciennes. J’en dis de même, ajoute-t-il, de celle du Père Hardouin, aussi spirituelle que singulière. Ce savant Mythologue, assez hardi et assez fécond pour en trouver de semblables, n’a cependant pas osé en hasarder une dans cette circonstance : il s’est trouvé ici en défaut, et s’excuse sur ce qu’il n’est ni possible, ni nécessaire d’expliquer tout ce que les Poètes Grecs ont dit, tant dans cette fable, que dans les autres (Loc. cit. p. 162.). Outre les deux Vénus, la céleste et la populaire, dont nous avons parlé, les Anciens en ont introduit beaucoup d’autres, selon les lieux, les temps et les circonstances où ils imaginaient leurs fictions. Mais si l’on examine sérieusement tout ce que ces Amateurs disent de ces différentes Vénus, on conviendra aisément que les plus anciens au moins n’entendent parler que d’une même chose. Que Vénus soit donc fille de Saturne ou de Jupiter ; qu’elle le soit du Ciel et de l’écume de la mer, elle est toujours Vénus, ou une même chose qu’on a prise pour sujet de différentes allégories. Les Philosophes ont imité en cela les Anciens ; car chacun a inventé sur le grand oeuvre et ses procédés, des allégories, des fables et des fictions, suivant qu’il était affecté. Il n’en est presque pas deux qui se ressemblent, quoiqu’elles aient toutes la même chose pour objet. Nous achèverons l’histoire de Vénus à mesure que les sujets nous en fourniront l’occasion. CHAPITRE IX. Pallas. JUPITER avait d’abord épousé Métis (Apollod. Bibliot. 1. I.) ; mais après que cette Déesse eut fait prendre à Saturne une boisson qui lui ne vomir le caillou et ses enfants qu’il avait dévorés, Jupiter avala à sont tour cette fille de l’Océan, après qu’elle fût devenue enceinte. A peine eut-il fait cette belle action, qu’il se sentit femme sans cesser d’être Dieu. Il fallut accoucher, et il ne put le faire qu’avec le secours de Vulcain, qui lui servit dé sage-femme. Ce Dieu de feu lui assena rudement un coup de cognée sur la tête, et l’on vît aussitôt sortir par la plaie une jeune et belle fille armée de pied en cap. Voilà donc Pallas née sans mère du cerveau de Jupiter. Homère (Iliad. 1. 4.) appelle Pallas Alalcomenie, parce que les Alalcoméniens prétendaient qu’elle était née dans leur Ville. Strabon est du même sentiment dans le neuvième livre de sa Géographie, et dit ensuite dans le quatorzième, qu’il tomba une pluie d’or à Rhodes, lorsque Minerve y naquit du cerveau de Jupiter. Plusieurs ont cru que Pallas et Minerve faisaient deux personnes différences ; mais Callimaque assure le contraire, et ajoute que Jupiter, son père, consènt à tout ce qu’elle veut : Annuit his dictis Pallas, quodque annuit illa Persicitur. Natae Jupiter hoc tribuit Ipse Minervae uni, quae sunt patris ominia ferre. Hymne sur les bains de Pallas. Hérodote la dit (L. 4. c. l80.) fille de Neptune et du lac Triton, suivant le sentiment des Libyens, qui ajoutaient que cette fille s’était ensuite donnée à Jupiter. On convient néanmoins plus communément que Pallas et Minerve sont la même, fille de Jupiter : et ce qui prouve Son ancienneté, c’est que chez les Egyptiens elle était femme de Vulcain, le plus ancien et le premier de tous leurs Dieux. Les Auteurs de la Mythologie grecque avoient conservé cette idée qu’ils avaient puisée en Egypte ; et c’est de là sans doute qu’ils consacraient un autel commun à Vulcain et à Pallas. Le nom même Ogga que portait la Minerve d’Egypte, au rapport d’Euphotion dans Etienne de Byzance, et d’Hesychius, qui l’appelle aussi Onka, semble en indiquer la raison, si nous en croyons Gérard Vossius, qui, en expliquant l’histoire de Typhon, dit (De Idol. 1, I. c. 25.) que Og, duquel on a pu faire Ogga, signifie ussit, uslulavit. Quoi qu’il en soit, il y a eu une Minerve honorée à Saïs en Egypte, longtemps avant Cécrops, qui en porta le culte dans la Grèce. Les Grecs en changèrent l’histoire dans la suite, ce qui fit dire a ceux d’Aliphere dans l’Arcadie, que Minerve était née chez eux, et qu’elle y avait été nourrie (Pausanias.). Pallas, Minerve et Athené n’étaient parmi les Grecs qu’une même Divinité, mais ils regardaient proprement Minerve comme la Déesse des Arts et des Sciences, et Pallas comme Déesse delà guerre. Elle demeura toujours vierge. Elle rendit Tirésias aveugle, parce qu’il l’avait vue nue dans la fontaine d’Hippocrene, et Vulcain ne put l’engager à satisfaire la passion qu’il avait pour elle. Pallas tua le monstre Egide, fils de la Terre qui vomissait beaucoup de feu, et avoir embrasé les forêts depuis le Mont-Taurus jusqu’en Libye, en ravageant sur son chemin la Phénicie et l’Egypte. Cette Déesse avait à Saïs un temple magnifique, dont Hérodote fait la description (Liv. 2.). Les fêtes qu’on célébrait en l’honneur de Pallas dans la Grèce, s’appelaient Panathénées. Les jeux et les exercices publics qui accompagnaient cette fête, étaient la course à pied, avec des flambeaux et des torches allumées, comme dans les fèces de Vulcain et de Prométhée. On y en introduisit d’autres dans la suite. Tous les Anciens ont pris Pallas pour la Sagesse et la Prudence, comme étant née du cerveau de Jupiter, parce que le cerveau est regardé comme le siège du jugement, sans lequel on ne peut réussir dans aucune affaire épineuse, non plus que dans le grand oeuvre, appelé par cette raison le Magistère des Sages. Etant donc le secret des secrets, que Dieu ne révèle qu’à ceux qu’il veut en favoriser, ce serait le profaner que de le divulguer. Il faut avoir la sagesse de Pallas, pour l’apprendre et le garder. Salomon disait en conséquence (Ecclésiaste, ch. 19.) : « Le Sage étudiera la sagesse des Anciens, et s’exercera dans les prophéties. Il conservera scrupuleusement les discours des hommes de nom, et pénétrera dans la finesse des paraboles. Il découvrira leur sens caché, et s’exercera à dévoiler ce que renferment les proverbes. L’homme prudent et sage ne divulgue point le secret de la Science (Prov. c. 10. et 12.). Les Philosophes Hermétiques ont toujours eu à coeur ce conseil, et ont voilé leur secret sous des allégories, des énigmes, des fables, des hiéroglyphes. Ils ont pris Pallas pour guide, et se sont faits un devoir de suivre ses instructions. C’est pourquoi la Fable feint que cette Déesse favorisa toujours Hercule et Ulysse dans toutes leurs entreprises, comme nous le verrons dans les Livres suivants. On feint que cette Déesse aveugla Tirésias, parce qu’il l’avait vue nue dans le bain, comme Diane métamorphosa Actéon en cerf par la même raison ; afin d’avertir les Artistes d’être plus discrets, plus prudents et plus circonspects que ces deux téméraires, s’ils veulent éviter des malheurs semblables. Junon, dit la Fable, ayant appris la naissance de Pallas par l’accouchement extraordinaire de Jupiter, en devint furieuse, et parmi les exécrations qu’elle proférait, elle frappa rudement la terre, qui produisit aussitôt Typhon, ce père de tant de monstres. Apollon invita ensuite cette Déesse à un repas que donnait Jupiter. Elle s’y rendit, et ayant mangé des laitues sauvages, de stérile qu’elle était, elle devint féconde, et mit au monde Hébé, qui servit quelquefois à boire à Jupiter. Hébé devine par-là soeur de Mars et de Vulcain, et ensuite femme d’Hercule après la mort de ce Héros. Nous avons expliqué l’histoire de Typhon dans le premier Livre ; passons aux autres enfants de Junon. CHAPITRE X. Mars et Harmonie. Après Pallas, Déesse de la guerre, vient naturellement Mars, le Dieu des combats. Homère (Iliad. 1. I.) avec les autres Poètes, le dit fils de Jupiter et de Junon ; Hésiode le regarde aussi comme tel (Hesiod. Theog.). Ce n’est que parmi les Poètes latins qu’on trouve la fable, qui dit que Junon, piquée de ce que Jupiter avait mis au monde Minerve sans sa participation, avait conçu Mars en touchant dans une prairie une fleur que Flore lui avait montrée. On ne voit dans toute l’histoire de Mars, que des combats et des adultères. Celui qu’il commit avec Vénus, est célèbre dans tous les Poètes. Vénus, la plus belle des Déesses, ayant été mariée à Vulcain, le plus laid des Dieux, contrefait d’ailleurs et ouvrier, s’en dégoûta bientôt, et prodigua ses faveurs à Mars. Vulcain les ayant surpris, les lia d’un lien imperceptible, après que le Soleil les eut trahis. Les Mythologues placent Mars au nombre des douze grands Dieux de l’Egypte. Les Poètes nous le peignent toujours plein d’une bile échauffée, et d’une fureur meurtrière : mais les Anciens l’ont pris pour une certaine vertu ignée, et une qualité inaltérable des mixtes, capable par conséquent de résister aux atteintes du feu les plus violentes. Si l’on met donc la Vénus des Philosophes avec ce Mars dans un lit ou vase propre à cet effet, et qu’on les lie d’une chaîne invisible, c’est-à-dire aérienne, et telle que nous l’avons décrite dans le chapitre de Vénus, il en naîtra une très-belle fille, appelée Harmonie, dit Miche ! Maïer (Arcana arcaniss. 1. 3.), parce qu’elle sera composée harmoniquement, c’est-à-dire parfaite en poids et en mesure philosophique. Hésiode (Theog. v. 932.) la dit née de cet adultère : mais Diodore de Sicile (Liv. 5.) la donne pour fille de Jupiter et d’Electre, l’une des filles d’Atlas. Les Poètes ont beaucoup chanté la beauté d’Harmonie, et les Anciens la regardaient comme une Divinité tutélaire. Elle épousa Cadmus, fils d’Agenor, Roi de Phénicie. Jupiter qui avoir fait ce mariage, assista aux noces, et y invita tous les Dieux et les Déesses, qui firent des présents à la nouvelle mariée. Cérès lui donna du blé, Mercure une lyre, Pallas, un collier, une robe et une flûte ; le collier était un chef-d’oeuvre de Vulcain. Apollon joua de la lyre pendant les noces. La fin de ce mariage n’eut pas tout l’éclat du commencement. Après bien des traverses, Cadmus et Harmonie furent changés en dragons. Quelques Auteurs ont avancé que le serpent qui dévora les compagnons de Cadmus, était aussi fils de Vénus et de Mars. L’on voit par-là que la fin de tous ces Dieux, Déesses et Héros, répond très bien à leur origine ; ce que les Auteurs de ces fictions ont imaginé et débité, afin qu’on les regardât comme des fables, et non comme des histoires véritables. Harmonie est cette matière qui résulte des premières opérations de l’oeuvre, et qu’il faut ensuite marier avec Cadmus (duquel la Cadmie à pris son nom). Alors tous les Dieux Hermétiques se trouvent à leurs noces avec leurs présents et Apollon y joue de sa lyre, comme il le fit pour chanter la victoire que Jupiter avait remportée sur les Géants. Cadmus et Harmonie sont enfin métamorphosés en un serpent, et même en basilic ; car le résultat de l’oeuvre incorporé avec son semblable, acquiert la vertu attribuée au basilic, comme le disent les Philosophes. L’auteur du Rosaire s’exprime ainsi : Lorsque vous m aurez extrait en patrie de ma nature, et ma femme en partie de la sienne, et que nous ayant réunis, vous nous ferez, mourir ; nous ressusciterons en un seul corps, pour ne plus mourir, et nous ferons des choses admirables. » Riplée (12. Port.) parlant de l’élixir philosophique qui, comme nous venons de le voir, est composé de Cadmus et d’Harmonie, ou du mari et de la femme, dit : « Il en résulte un tout qui devient par l’art une pierre céleste, dont la vertu ignée est si forte, que nous l’appelons notre dragon, notre basilic, notre élixir de grand prix ; parce que de même que le basilic tue de sa seule vue, de même notre élixir tue le mercure crud dans un clin d’oeil, sitôt qu’il est jeté dessus. Il teint même tous les corps d’une teinture parfaite du Soleil et de la Lune. Notre huile, dit le même Auteur un peu avant, se fait par le mariage du second et du troisième menstrue, et nous le réduisons à la nature du basilic. De même, dit Maïer (Symbola Aureae mensae, 10.), que le basilic sort d’un oeuf, et qu’en dardant ses rayons visuels envenimés, il infecte et tue les êtres vivants ; de même aussi notre teinture se produit de l’oeuf philosophique, et par sa vertu coagule par le plus léger attouchement tout ce que les métaux contiennent de mercure. Elle rend stupide ce mercure, le tue en le fixant, et le dépouille de son soufre combustible. » Peut-on voir quelque chose de plus précis ? Il n’y manque que les noms de Cadmus et d’Harmonie, qui sont l’époux et l’épouse du texte cité. Il est bon d’observer aussi que Mars avait un temple célèbre a Lemnos, séjour de Vulcain. Le loup, le chien, le coq et le vautour étaient consacrés au Dieu de la guerre : le loup et le vautour à cause de leur voracité, disent les Mythologues, et le chien avec le coq pour leur vigilance. Mais ils auraient mieux deviné, s’ils avaient dit que c’est pour les raisons que nous avons rapportées dans le premier Livre, en parlant d’Anubis et de Macedo ; c’est-à-dire, parce que les animaux ont toujours été pris pour symboles des ingrédients du Magistère des Philosophes. Je suis un loup ravissant et affamé, dit Basile Valentin (I. Clef.). Je suis le chien de Corascene et la chienne d’Arménie, dit Avicenne (De re recta.) avec la Tourbe. Je suis le coq et vous la poule, dit le Soleil à la Lune (Consilium Conjugii massae Solis et Lunae.), vous ne pouvez rien faire sans moi, et moi rien sans vous. Je suis le vautour qui crie sans cesse au haut de la montagne, dit Hermès (Sept. Chap.). CHAPITRE XI. Vulcain. CE Dieu se trouve si souvent sur nos pas, que je ne m’étendrai pas beaucoup à son sujet. J’en ai déjà fait mention dans le premier Livre, en parlant des Dieux de l’Egypte. Voyons en peu de mots ce qu’en pensaient les Grecs. Vulcain était fils de Junon, suivant Hésiode. Vulcanum peperit Juno conjuncta in amore. Theog. Quelques Auteurs ont avancé qu’elle l’avoir conçu sans connaissance d’homme, mais Homère (Iliad. 1. I.) le dit positivement fils de Jupiter et de Junon, et que sa grande difformité le fit chasser du Ciel, d’où il tomba dans l’île de Lemnos. Le même Poète fait parler Junon dans un autre endroit, comme ayant elle-même expulsé Vulcain de l’Olympe (Hymn. In Apoll.). Aussi Vulcain n’oublia-t-il pas cette injure, et fit, pour s’en venger, une chaise d’or avec des ressors secrets qui saisissaient ceux qui s’y asseyaient, sans qu’ils pussent s’en retirer. Il en fit présent à sa mère, qui s’y trouva prise aussitôt qu’elle s’y mit. Platon en parle dans sa République, liv. 2. Quelques Auteurs nous donnent Vulcain pour l’inventeur du feu, et d’autres disent avec aussi peu de raisons, que ce fut Prométhée. Chez les Egyptiens c’était suivant Hérodote, le plus ancien des Dieux, et chez les Grecs il croit le moins respecté. On l’y regardait comme le père des Forgerons, et comme Forgeron lui-même. Il fabriquait les foudres de Jupiter, et les armes des Dieux, Il forma un chien d’airain, donc il fit présent à Jupiter après l’avoir animé. Jupiter le donna à Europe, Europe à Procris, et celle-ci à Céphale, son époux. Jupiter enfin le changea en pierre, il fit faire à Vulcain la boite de Pandore, pour être présentée aux hommes, au lieu, du feu que Prométhée avait enlevé du Ciel. Ce Dieu boiteux demanda à Jupiter Minerve pour femme, en récompense des armes qu’il lui avait fabriquées, et des services qu’il lui avait rendus, mais Minerve fut toujours sourde à ses demandes, et rebelle à ses poursuites. Le lion lui était consacré à cause de sa nature ignée. Brontes, Sterophes et Pyracmon furent les compagnons de Vulcain dans le travail de la forge. Hésiode les dit tous trois enfants du Ciel et de la Terre (Theog.) ; d’autres les sont fils de Neptune et d’Amphitrite. Virgile en fait mention dans le huitième livre de l’Enéide. Ardale et Brothée furent fils de Vulcain. Le premier fit la Salle ou Temple des Muses chez les Trézéniens ; et Brothée, devenu le jouet des hommes à cause de sa difformité, se jeta dans le feu pour ne pas survivre à sa honte. Outre Vénus, Vulcain eut pour seconde femme Aglaia, l’une de Grâces, dont le nom signifie splendeur, beauté. Elle était fille de Jupiter et d’Eurynome, selon Hésiode. Noël le Comte s’égaye à son ordinaire aux dépens des Chimistes dans le chapitre 6 du. liv. 2. de sa Mythologie. Ils prétendent, dit-il, que Vulcain n’est autre que le soufre ou l’argent vif, qui ne s’allient à rien qu’à ce qui est de leur nature. Mais il montre, ou son ignorance, ou sa mauvaise foi, quand il ne connaît d’autres usages du feu que pour cuire les viandes, ou pour le travail de la forge. Il aurait eu bien plus beau jeu, s’il avait badiné sur l’usage qu’en font les Souffleurs. Il n’aurait pas donné atteinte aux opérations admirables de la Chimie même vulgaire. Sans Vulcain, que deviendrait la Médecine, et les remèdes chimiques aujourd’hui si fort à la mode ? Que deviendraient ces verreries, ces manufactures de porcelaines, et tant d’autres ouvrages que nous admirons ? Vulcain a été considéré et honoré partout comme Dieu du feu. Quelques Anciens Mythologues le prenaient pour le feu de la Nature, mais comme le feu des forges et de nos cuisines est plus sensible et plus manifeste, le peuple prit bientôt le change ; ne connaissant ou n’étant frappé que de celui-là, il s’accoutuma à le prendre pour Vulcain, et il fut confirmé dans son erreur par les histoires allégoriques que les Poètes débitèrent sur le compte de ce Dieu, et par les cérémonies symboliques qu’on employait dans son culte. Chez les Egyptiens, Vulcain était le plus ancien et le plus grand des Dieux, parce que le feu est le principe actif de toutes les générations. Toutes les cérémonies de leur culte ayant été instituées pour faire allusion à l’art secret des Prêtres : et le principal et seul agent opérant de cet art, étant le feu, il eut le plus superbe des temples à Memphis sous le nom à Opas, et le regardaient comme leur protecteur. Mais les Grecs qui firent plus attention à la beauté de l’ouvrage qu’à l’ouvrier, ne firent pas de Vulcain tout le cas qu’en faisaient les Egyptiens. Frappés de l’abondance des soufres que l’île de Lemnos fournissait, et considérant le soufre comme le principe ou la matière du feu, ils feignirent que Vulcain faisait son séjour dans cette île, et les Romains par la même raison établirent et fixèrent les forges de ce Dieu sous le Mont Etna. Son éducation faire par les Néréides désignait assez quelle était la nature de ce feu, et l’origine de Vulcain, mais le peuple accoutume à prendre les fictions pour des vérités, sans en examiner trop les circonstances, et sans y regarder de si près, prenait tout à la lettre. Il était cependant facile de voir au premier coup d’oeil, que le feu commun ne pouvait guères avoir été élevé par l’eau qui le suffoque et l’éteint, quoiqu’à dire vrai l’eau est en quelque manière l’aliment du feu. Les Egyptiens avaient donc en vue le feu philosophique, et ce feu est de différentes espèces, suivant les Disciples d’Hermès. Artéphius (De l’art Secret.) est celui qui en parle plus au long, et qui le désigne le mieux. « Note feu, die cet Auteur, est minéral, il est égal, il est continuel, il ne, s’évapore point, s’il n’est trop fortement excité ; il participe du soufre ; il est pris d’autre chose que de la matière ; il détruit tout, il dissout, congèle et calcine ; et il y a de l’artifice à le trouver et à le faire, et il ne coûte rien, ou du moins fort peu. De plus, il est humide, vaporeux, digérant, altérant, pénétrant, subtil, aérien, non violent, incomburant, ou qui ne brûle point, environnant, contenant, unique. Il est aussi la fontaine d’eau vive qui environne et contient le lieu où se baignent le Roi et la Reine. Ce feu humide suffit en tout l’oeuvre, au commencement, au milieu et à la fin, parce que tout l’arc consiste dans ce feu. Il y a encore un feu naturel, un feu contre nature, et un feu innaturel et qui ne brûle point ; et enfin pour complètement, il y a un feu chaud, sec, humide et froid. » Le même Auteur distingue les trois premiers en feu de lampe, feu de cendres et feu, naturel de l’eau philosophique. Ce dernier est le feu contre nature, qui est nécessaire dans tout le cours de l’oeuvre ; au lieu, dit-il, que les deux autres ne sont nécessaires que dans certains temps. Riplée (12 Port.), après avoir fait l’énumération de ces quatre mêmes feux, conclut ainsi : Faites donc un feu dans votre vase de verre, qui brûle plus efficacement que le feu élémentaire. Raymond Lulle, Flamel, Gui de Montanor, d’Espagnet et tous les Philosophes s’expriment à peu près de la même manière, quoique moins clairement. D’Espagnet recommande de fuir le feu élémentaire ou de nos cuisines, comme le tyran de la Nature, et il l’appelle fratricide. Les autres disent que l’Artiste ne se brûle jamais les doigts, et ne se salit point les mains par le charbon et la fumée. Il faut donc en conclure que ceux qui changent leur argent en charbon, ne doivent en attendre que de la cendre et de la fumée, et ne doivent point espérer d’autres transmutations. Ces Souffleurs ne connaissent donc pas Vulcain ou le feu philosophique. Malgré toute la mauvaise humeur de Noël le Comte envers les Chimistes, il avoue que les Anciens avaient fixé le séjour de Vulcain a Lemnos, parce que le terrain de cette île est chaud et médicinal. C’est de là qu’on nous apporte la terre sigillée, qui entre autres propriétés a, dit cet Auteur, celle de tuer les vers et d’être un contre poison. Si Vulcain est le feu Hermétique nécessaire dans le cours de l’oeuvre, au moins en certain temps on doit voir pourquoi la Fable suppose qu’il fut chassé du Ciel, et nourri par les Néréides. Il ne sera même pas difficile, à deviner pour celui qui aura lu avec attention ce que nous avons dit jusqu’à présent du ciel, de la terre et de la mer des Philosophes. On verra quelles sont es armes des Dieux, et les foudres de Jupiter que Vulcain fabriqua. La séparation du pur d’avec l’impur, qui se fait par son moyen, annonce assez clairement, la victoire que les Dieux remportent sur les Titans. Ce prétendu forgeron est le feu qui puisse être chargé de faire le sceptre de Jupiter, le trident de Neptune et le bouclier de Mars, avec le collier d’Harmonie, et le chien d’airain de Procris qui doit être changé en pierre , parce qu’il est l’agent principal du second oeuvre et que lui seul est capable, de conduire l’airain philosophique à la perfection de la pierres des Sages. La fixité de la matière de l’oeuvre dans cet état a donné lieu à la fiction de la chaise d’or que Vulcain présenta à Junon : car une chaise étant faite pour le repos, on pouvoir feindre naturellement que Junon, que nous avons dit être une vapeur volatile, était venue s’y reposer, lorsque cette vapeur s’est fixée, dans l’or ou la matière fixe des Philosophes. Vulcain joua ce tour à sa mère pour se venger de ce qu’elle l’avait chassé du Ciel, d’où il tomba dans l’île de Lemnos. La terre ignée des Sages ; après avoir occupé la partie supérieure du Vase, en se volatilisant avec la vapeur dont nous venons de parler, tombe au fond, où elle forme comme une espèce d’île au milieu de la Mer. C’est de là qu’elle agit et fait sentir sa force à tout le reste de la matière, tant aqueuse que terrestre. C’est dans ce même lieu que Brochée, fils de Vulcain, se précipita. Les noms seuls des compagnons de ce Dieu, indiquent la qualité sulfureuse et ignée de la matière, puisqu’ils signifient la foudre, le tonnerre et le feu. Mais Vulcain eut un second fils nommé Ardale, qui fit le Temple des Muses ; car le feu philosophique, en agissant sur la matière, la volatilise en vapeurs qui retombent comme une pluie. C’est Ardale qui bâtit alors le Temple des Muses, puisqu’il vient d’irrigo, et que les Muses ne sont elles-mêmes que les parties aqueuses et volatiles. Enfin, si l’on dit que Vulcain est boiteux, c’est que le feu dont il est le symbole, ne suffit pas seul.
Livre du langage analogique d’Hermès : Les Fables Égyptiennes et Grecques par Dom Antoine-Joseph Pernety
279
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.