26
Le Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste. Version de 1557 de Loys Lazarel, livre 17
Le texte de cette version du Corpus Hermeticum est volontairement conservé en français du 16ème siècle.
Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste, de Loys lazarel La damnation des iniques. Monde, ne pourront iamais retourner lassus au ciel : ainçois leur est de Dieu ordonné une demeure et habitation orde, et sale, et indigne d’une saincte ame, autre part. Ou certes convient dire et conclure, selon le disocurs et pretendu de vostre propos, o Trismegiste, qu’il y a quelques ames, lesquelles en ceste mortelle vie sont en danger de deschoir, et estre frustrées de l’attente de future eternité, et beatitude. Ce que nonobstant, est à aucune incredible, envers les autres fabuleux, les autres paraventure le tournent à mocquerie. Tant est doux et mayable le fruict, que l’on prend en ce que l’on possede en ceste vie corporelle. Ce qui est la cause que malignité sur immortalité enuyeuse, detient l’ame le col (par maniere de dire) si fort de travers, qu’elle detenuüe de sa partie mortelle, ne luy est permis vor ne cognoistre, celle qui es divine. Car i’oseroys dire (quais devinant ce que doit advenir) qu’il n’y aura par cy apres, aucun esgard entre les humains de vraye et simple philosophie, sans qu’il n’y ayt en elle, quelque simulation entremeslée. Laquelle philosophie certes, n’est autre chose, qu’une assidue et continuëlle intendence à divine cognoissance, saincte religion, et amour de Dieu. Car plusieurs sont des a present, qui en diverses sortes la confondent. Mais à ce propos ie vousisse bien sçavoir, o Trismegiste, comment se faict La philosophie incompréhensible. que plusieurs sont la philosophie incomprehensible, et comme en tant de manieres la confondent et abastardissent. TRISMEGISTE : Cela se fait o Asclepe, à cause que par cauteleuse et perverse invention, la meslent avecques autres diverses sciences incomprehensibles, comme Arithmetique, Musique, et Geometrie. Mais il fault que la vraye, entiere, et pure philosophie, et qui seulement depend de Dieu, soit telle, que de si ententive et ardente curiosité, elle s’emplye aux autres sciences, que sur toutes choses s’esmerveille, comment il se peut faire, que les revolutions et mouvemens des astres, leurs prefinies et limitées stations, et le cours de leur changment, consistent par nombres, poix, et mesures. Pareillement qu’en cognoissant les compartimens, qualitez, et quantitez de la terre, les abismes et profondeurs de la mer, la force et violence du feu, avecques la nature et l’effect de toues ces choses, elle s’esmerveille, adore, et collaude leur artificiel facteur, qui est Dieu. Sçavoir aussi pareillement la Musique, n’est autre cas, que entendre l’ordre de toutes choses, et ce que divine raison a voulu eslire et ordonner. Car l’ordre de chasque chose, par vive et artificielle raison conferé et rapporté en une sur toues les autres, faict un tres harmonieux et parfaict accord à divine melodie. ASCLEPIUS : Que fera-ce doncques des hommes, qui viendront apres nous Trismegiste ? TRISMEGISTE : Eux deceuz par l’imposture des Sophistes, avecques desdaing et mespris se destourneront de la vraye, et saincte philosophie. Car d’adorer Dieu avecques simplesse d’esprit, d’honorer et reverer ses oeuvres, de rendre finablement action de graces à sa volonté (qui est la seule pleine de toute doulceur et bonté) est la philosophie, de nulle facheuse curiosité d’esprit violée, et corrompuë. Soit iusques icy traité de ces choses. L’argument du septiesme chapitre. Le septiesme contient de la creation du monde : de la matiere, de l’esprit qui la suyt et accompaigne, et du lieu toutes choses ont esté faictes et crées : ce qui est une philosophie occulte. Il ditct que toues choses mondaines sont au monde contenues, et le monde en Dieu. Il appelle lieu, le poinct de la matiere ; ce que l’incite à dire, et estre d’opinion que le lieu du monde ne fut oncques né : mais que le monde l’a esté, en ayant esgard à l’oeuvre des creatures : et fine l’a point esté en prenant garde à leur ouvrier et createur : Car Hylé (dit il) et l’esprit, c'est-à-dire, le monde, et quelque vertu divine diffuse et espandue par toutes choses, n’estoient pas en l’ouvrage du monde premier qu’ilz fussent nez : ains en celuy, duquel ont deu avoir leur naissance et production. Mais en qui estoient ilz, sinon en ce verbe divin, par lequel toutes choses sont faictes ? Et en qui estoit la vie de tout ce qui a esté faict. Et d’où finablement est issu, tout ce qui est faict. Il dit en apres que Hylé, c'est-à-dire, la matiere du monde, est aussi tost seconde de qualité causative de bien, que de mal, pour autant qu’elle est capable de tous les dux, ainsi comme quelque terre, laquelle produit aussi bien les bonnes que les mauvaises herbes, au cas pareil est il de Hylé, en la production de bien et de mal. Il dict toutesfois, que Dieu a en cela prouveu aux hommes (en tant qu’il a esté raisonnable et de necessité) en ce qu’il leur a donné sens, science, et intelligence, pour repugner à ceste proprieté materielle, de peur que malice ne surprint et occupast la spirituelle qui est en nous, ainsi que fait quelque meschante herbe, une terre habandonnée sans labeur, et dont l’on ne tient conte. Il dispute finablement quelque peu de l’esprit, lequel est par tout diffus et espandu. Des enfers semblablement, et du sens, lequel est une influence des choses divines, es entendemens humains, comme les rayons de quelque lumiere es yeux. Chapitre VII. Raison pourquoi le monde est appelé Cosmos. corrompuë, n’est autre que d’estre par simplicité d’esprit et entendement obeyssant aux commandement de Dieu : avoir ses faitz en reverence : luy rendre action de graces continuellement : et le prier que sa volôté soit tousiours en tout et par tout faicte et accomplye, laquelle est la seule tres pleine de toute bonté et clemence. Chapitre VI. Il fault entendre premierement que Dieu est le principal Seigneur d’eternité, le monde second, l’homme le tiers. Le facteur du monde et de tout ce qu’il contient en sa rondeur, ne est autre que Dieu. Lesquelles toutes choses gourverne par sa providêce, et à crée par sa puissance, avec leur second gouverneur, qui est l’homme. Lequel prenant là totalle charge, et superintendence d’icelles, a tant faict par la propre diligence, que luy et ledict monde se sont faict honneur, plaisir mutuel, et reciproque. De maniere qu’il semble le monde avoir esté droictement appellé des Grecz Cosmos, à cause de ceste divine compositiô de l’homme. Lequel se cognoist, et si cognoist le monde, à fin de se recoler de la convenance qu’il y a entre ses parties, et recognoistre desquelles il doit user et Le monde et l’homme les deux images de Dieu. s’en servir, et esquelles il doit obeyr. En rendent à Dieu loüanges et action de graces, et faisant honneur à son image, non ignorant foy aussi estre la seconde de Dieu, estans deux en nombre, à sçavoir le monde, et l’homme. Duquel homme, attendu que le corps et l’ame, ne soit qu’une seule conionction, il se faict que du costé qu’il est divin, c'est-à-dire de l’ame, du sens de l’esprit, et deraison, monte es cieux, comme consistant des elemens superieurs. Mais du costé qu’il est terrien et mondain, c'est-à-dire, du feu, de l’air, de l’eau et de la terre, il semble que il doit en icelle demontrer mortel, de peur de laisser desertes, et en viduité les choses, qui luy ont esté commises par son createur. Car pour autre cause n’a esté faite humanité d’une part divine, et d’autre mortelle, et assemblée en un corps, que pour celle là. Quant à la mesure de l’une et l’autre partie, c'est-à-dire, de l’homme, elle consiste premierement en toute religion, veneration et obeyssance divine, que bonté finablement semble lors estre parfaicte, quand elle manie, de vertu, mesprise et contemne toutes cupiditez des choses reculées de sa nature. Car defaict toutes choses terriennes, lesquelles se possedêt par charnelle convoitise sont totallement reculées de l’affection qu’on doit avoir en Dieu. Lesquelles choses sont à iuste raison apellées possessiôs, à cause Les convoitises et possessions. qu’elles ne sont pas nées avecques nous mais apres nostre naissance avons commencé à les posseder. Toutes telles choses doncques sont à l’homme contraires, et luy nuyssent, et le corps mesme, pour despriser tout ce que par sensualité appettons et ce mesmement dont nous avons et retenons le vice d’appetance et convoitise. Car l’homme a deu estre iusques icy, ainsi que l’intention de raison conduit l’ame : à fin, par elevation d’esprit en Dieu, de contemner la partie mortelle, laqeulle Dieu luy a octroyée, pour conserver et garder le monde inferieur. Car à fin que l’homme fust tres parfaict et accomply, tant d’une que d’autre partie (c’est à dire, tant du corps que de l’ame) prends garde comme il a esté de Dieu formé, tant d’une que d’autre part, de quatre elemens, de deux piedz, de deux mains, et de tous autres membres de son corps, par le moyen et ayde desquelz il eust à servir au monde inferieur, c'est-à-dire, terrien. Et quant aux quatre parties de l’ame, qui sont le sens, l’esprit, memoire, et providence, il eust par leur conduite et raison, à cogoistre, et contempler toues choses divines. De maniere qu’il se faict que l’homme par soigneuse et diligente inquisition, encherche les diversitez, qualitez, effectz, et quantitez de toutes choses. Mais retardé par un trop pesant vice de ce corps, ne peult parfaitement prevoir, les vrayes Le devoir d’un homme de bien. causes de nature. L’homme doncques ainsi faict, et commis par le souverain Dieu à la charge, de gouverner le monde : et en une mondicité de tout son possible le maintenant et contregardant : en devotement adorant Dieu : en dignement obeyssant, et se conformant à sa volonté, en l’une et l’autre sienne nature, de quel salaire le diroys-tu devoir estre salarié ? Or tenons nous et confessons, le monde estre oeuvre de Dieu. Celuy doncques qui par sa diligence contregarde la beauté d’iceluy, et de iour en iour l’augmente et acroist, conferme toutes ses oeuvres au vouloir de Dieu, abellist par le travail de son corps son espece, qu’il a fomée par sa divine providêce, de quel salaire croys tu devoir estre remuneré, sinon de celuy duquel ont esté remunerez noz ancestres ? Duquel aussi desirons nous devotement (s’il plaist à la divine mercy) estre salariez, à fin qu’apres avoir vigoureusement guerroyé en ceste mortelle bataille, et estre sassez des gage de ce mortel corps, et delivrez de sa prison, nous rende purs et netz à la nature de la superieure partie, c'est-à-dire, divine. ASCLEPIUS : Vostre dire est iuste et raisonnable, Trismegiste. Car de faict, ie pense que ce soit la, le dondigne loyer et remuneration de ceux qui vivent soubz Dieu sainctement, et au monde prudemment. Car ceulx qui au contrire auront faict, et meschantement conversé en ce La damnation des iniques. Monde, ne pourront iamais retourner lassus au ciel : ainçois leur est de Dieu ordonné une demeure et habitation orde, et sale, et indigne d’une saincte ame, autre part. Ou certes convient dire et conclure, selon le disocurs et pretendu de vostre propos, o Trismegiste, qu’il y a quelques ames, lesquelles en ceste mortelle vie sont en danger de deschoir, et estre frustrées de l’attente de future eternité, et beatitude. Ce que nonobstant, est à aucune incredible, envers les autres fabuleux, les autres paraventure le tournent à mocquerie. Tant est doux et mayable le fruict, que l’on prend en ce que l’on possede en ceste vie corporelle. Ce qui est la cause que malignité sur immortalité enuyeuse, detient l’ame le col (par maniere de dire) si fort de travers, qu’elle detenuüe de sa partie mortelle, ne luy est permis vor ne cognoistre, celle qui es divine. Car i’oseroys dire (quais devinant ce que doit advenir) qu’il n’y aura par cy apres, aucun esgard entre les humains de vraye et simple philosophie, sans qu’il n’y ayt en elle, quelque simulation entremeslée. Laquelle philosophie certes, n’est autre chose, qu’une assidue et continuëlle intendence à divine cognoissance, saincte religion, et amour de Dieu. Car plusieurs sont des a present, qui en diverses sortes la confondent. Mais à ce propos ie vousisse bien sçavoir, o Trismegiste, comment se faict La philosophie incompréhensible. que plusieurs sont la philosophie incomprehensible, et comme en tant de manieres la confondent et abastardissent. TRISMEGISTE : Cela se fait o Asclepe, à cause que par cauteleuse et perverse invention, la meslent avecques autres diverses sciences incomprehensibles, comme Arithmetique, Musique, et Geometrie. Mais il fault que la vraye, entiere, et pure philosophie, et qui seulement depend de Dieu, soit telle, que de si ententive et ardente curiosité, elle s’emplye aux autres sciences, que sur toutes choses s’esmerveille, comment il se peut faire, que les revolutions et mouvemens des astres, leurs prefinies et limitées stations, et le cours de leur changment, consistent par nombres, poix, et mesures. Pareillement qu’en cognoissant les compartimens, qualitez, et quantitez de la terre, les abismes et profondeurs de la mer, la force et violence du feu, avecques la nature et l’effect de toues ces choses, elle s’esmerveille, adore, et collaude leur artificiel facteur, qui est Dieu. Sçavoir aussi pareillement la Musique, n’est autre cas, que entendre l’ordre de toutes choses, et ce que divine raison a voulu eslire et ordonner. Car l’ordre de chasque chose, par vive et artificielle raison conferé et rapporté en une sur toues les autres, faict un tres harmonieux et parfaict accord à divine melodie. ASCLEPIUS : Que fera-ce doncques des hommes, qui viendront apres nous Trismegiste ? TRISMEGISTE : Eux deceuz par l’imposture des Sophistes, avecques desdaing et mespris se destourneront de la vraye, et saincte philosophie. Car d’adorer Dieu avecques simplesse d’esprit, d’honorer et reverer ses oeuvres, de rendre finablement action de graces à sa volonté (qui est la seule pleine de toute doulceur et bonté) est la philosophie, de nulle facheuse curiosité d’esprit violée, et corrompuë. Soit iusques icy traité de ces choses. L’argument du septiesme chapitre. Le septiesme contient de la creation du monde : de la matiere, de l’esprit qui la suyt et accompaigne, et du lieu toutes choses ont esté faictes et crées : ce qui est une philosophie occulte. Il ditct que toues choses mondaines sont au monde contenues, et le monde en Dieu. Il appelle lieu, le poinct de la matiere ; ce que l’incite à dire, et estre d’opinion que le lieu du monde ne fut oncques né : mais que le monde l’a esté, en ayant esgard à l’oeuvre des creatures : et fine l’a point esté en prenant garde à leur ouvrier et createur : Car Hylé (dit il) et l’esprit, c'est-à-dire, le monde, et quelque vertu divine diffuse et espandue par toutes choses, n’estoient pas en l’ouvrage du monde premier qu’ilz fussent nez : ains en celuy, duquel ont deu avoir leur naissance et production. Mais en qui estoient ilz, sinon en ce verbe divin, par lequel toutes choses sont faictes ? Et en qui estoit la vie de tout ce qui a esté faict. Et d’où finablement est issu, tout ce qui est faict. Il dit en apres que Hylé, c'est-à-dire, la matiere du monde, est aussi tost seconde de qualité causative de bien, que de mal, pour autant qu’elle est capable de tous les dux, ainsi comme quelque terre, laquelle produit aussi bien les bonnes que les mauvaises herbes, au cas pareil est il de Hylé, en la production de bien et de mal. Il dict toutesfois, que Dieu a en cela prouveu aux hommes (en tant qu’il a esté raisonnable et de necessité) en ce qu’il leur a donné sens, science, et intelligence, pour repugner à ceste proprieté materielle, de peur que malice ne surprint et occupast la spirituelle qui est en nous, ainsi que fait quelque meschante herbe, une terre habandonnée sans labeur, et dont l’on ne tient conte. Il dispute finablement quelque peu de l’esprit, lequel est par tout diffus et espandu. Des enfers semblablement, et du sens, lequel est une influence des choses divines, es entendemens humains, comme les rayons de quelque lumiere es yeux. Chapitre VII Hylé la matière du monde. Or commençons maintenant à traiter de l’esprit, et de telles chose. Il faut sçavoir en premier lieu, que Dieu, et le monde, qui des Grecz est apellé Hylé, estoient avât toute autre chose que Dieu crea oncques, et que l’esprit accopaignoit le monde, mais non toutesfois à la sorte et maniere qu’il accompaignoit Dieu. Et de fait aussi ce dequoy a est fait le monde, n’est pas Dieu Et à ceste cause, il n’avoit aucun estre, paravant qu’il fust crée, encore quil fust desia(1) lors en celuy duquel il à peu avoir sa naissance. Car non seulementce qui n’est encor né, est dit n’avoir naissance aucune : mais aussi ce qui est tellement privé de fertilité generative, que d’iceluy ne puisse aucune aucune chose naistre ne produyre. Toutes choses donc es quelles gist nature generative, encor que d’elle mesmes elles soient nées, si est ce qu’elle peuvent engendreer celles, desquelles on peult naistre. Car il ny a doubte, que de celles lesquelles sont d’eux mesmes nées, ne se puissent facilement engendrer celles, desquelles naissent, et s’engendrent toutes choses. Dieu donc qui est sempiternel et eternel, ne peult, ny n’a peu naistre aucunement. C’est celuy qui est, qui a esté, et qui sera à tousiours mais. C’est donc là sa nature, estant entierement de soy, sans aucune participation d’autruy. (1) : desia (déjà)
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.