Livre du langage analogique d’Hermès : Les Fables Égyptiennes et Grecques par Dom Antoine-Joseph Pernety
Livre d’Alchimie et d’ésotérisme les fables Égyptiennes et Grecques par Dom Antoine-Joseph Pernety. Signes ou principes démonstratifs. Les couleurs qui surviennent à la matière Philosophique pendant le cours des opérations de l’oeuvre sont des signes démonstratifs, qui font connaître à l’Artiste qu’il a procédé de manière à réussir. Elles se succèdent immédiatement et par ordre, si cet ordre est dérangé, c’est une preuve qu’on a mal opéré. Il y a trois couleurs principales ; la première est la noire, appelée tête de corbeau, et de beaucoup d’autres noms que nous avons rapportés ci-devant dans l’article intitulé, Clef de l’oeuvre. Le commencement de cette noirceur indique que le feu de la Nature commencé à opérer, et que la matière est en voie de solution ; lorsque cette couleur noire est parfaite, la solution l’est aussi, et les éléments sont confondus. Le grain se pourrit pour se disposer à la génération. « Celui qui ne noircira point, ne saurait blanchir, dit Artéphius ; parce que la noirceur est le commencement de la blancheur, et c’est la marque de la putréfaction et de l’altération. Voici comment cela se fait. En la putréfaction qui se fait dans noire eau, il paraît premièrement une noirceur qui ressemble à du bouillon gras, sur lequel on a jeté du poivre. Cette liqueur s’étant ensuite épaissie, devient comme une terre noire ; elle se blanchit en continuant de la cuire.... et de même que la chaleur agissant sur l’humide, produit la noirceur, laquelle est la première couleur qui paraît ; de même la chaleur continuant toujours son action, elle produit la blancheur qui est la seconde principale de l’oeuvre. » Cette action du feu sur l’humide fait tout dans l’oeuvre, comme il fait tout dans la Nature, pour la génération des mixtes. Ovide l’avait dit : .... Ubi temperiem sumpsere humorque calorque Conciptunt : et ab his oriuntur cungta duobus. Métam. 1. I. Pendant cette putréfaction, le mâle Philosophique ou le soufre est confondu avec la femelle, de manière qu’ils ne font plus qu’un seul et même corps, que les Philosophes nomment Hermaphrodite : « C’est, dit Flamel (Loco cit.), l’androgyne des Anciens, la tête du corbeau, et les déments convertis. En cette façon, je te peins ici que tu as deux natures réconciliées, qui peuvent former un embryon en la matrice du vaisseau, et puis t’enfanter un Roi très puissant, invincible, et incorruptible..... Notre matière dans cet état est le Serpent Python, qui ayant pris son être de la corruption du limon de la terre, doit être mis à mort, et vaincu par les flèches du Dieu Apollon, par le blond Soleil ; c’est-à-dire, par notre feu, égal à celui du Soleil. Celui qui lave ou plutôt ces lavements qu’il faut continuer avec l’autre moitié, ce sont les dents de ce serpent que le Sage opérateur, le prudent Cadmus, sèmera dans la même terre, d’où naîtront des soldats, qui se détruiront eux-mêmes, se laissant résoudre en la même nature de terre... Les Philosophes envieux ont appelé cette confection, Rebis, et encore Numus, Ethelia, Arene, Boritis, Corsusle, Cambar, Albar oeres, Duenech, Bauderie, Kukul, Thaburis, Ebisemeth, Ixir, etc. c’est ce qu’ils ont commandé de blanchir. » J’ai parlé assez au long de cette noirceur dans l’article des principes opératifs : le Lecteur pourra y avoir recours. Le second signe démonstratif ou la deuxième couleur principale est le blanc. Hermès (Sept. chap.) dit : Sachez, fils de la science, que le vautour crie du haut de la montagne, je suis le blanc du noir ; parce que la blancheur succède à la noirceur. Morien appelle cette blancheur la fumée blanche. Alphidius nous apprend que cette matière ou cette fumée blanche est la racine de l’art, et l’argent-vif des Sages. Philalèthe (Narrat. method. p. 36.) nous assure que cet argent-vif est le vrai mercure des Philosophes. « Cet argent-vif, dit-il, extrait de cette noirceur très subtile, est le mercure tingeant Philosophique avec son soufre blanc et rouge naturellement mêlé ensemble dans leur minière. » Les Philosophes lui ont entre autres noms donné ceux qui suivent, Cuivre blanc, agneau, agneau sans tache, aibathest, blancheur, aiborach, eau bénite, eau pesante, talc, argent-vif animé, mercure coagulé, mercure purifié, argent, zoticon, arsenic, orpiment, or, or blanc, azoch, baurach, borax, boeuf, cambar, caspa, céruse, cire, chaia, comerisson, corps blanc, corps improprement dit, Décembre, E, électre, essence, essence blanche, Euphrate, Eve, fada, favonius, le fondement de l’art, pierre précieuse de givinis, diamant, chaux, gomme blanche, hermaphrodite, hoe, hypostase, Hylé, ennemi , insipide, lait, lait de vierge, pierre connue, pierre minérale, pierre unique, lune, lune dans son plan, magnésie blanche, alun, mère, matière unique des métaux, moyen dispositif, menstrue, mercure dans son couchant, huile, huile vive, légume, oeuf, phlegme, plomb blanc, point, racine, racine de l’art, racine unique, rebis, sel, sel alkali, sel alerot, sel alembrot, sel fufîble, sel de nature, sel gemme, sel des métaux, savon des sages, seb, secondine, sedine, vieillesse, sesh, serinech, serf fugitif, main gauche, compagnon, soeur, sperme des métaux, esprit, étain, sublimé, suc, soufre, soufre blanc, soufre onctueux, terre, terre feuillée, terre féconde, terre en puissance, champ dans le quel il faut semer l’or, tevos, tincar, vapeur, étoile du soir, vent, virago, verre, verre de Pharaon, vingt-un, urine d’enfants, vautour, zibach, ziva, voile, voile blanc, narcisse, lys, rose blanche, os calciné, coque d’oeuf, etc. Artéphius dit que la blancheur vient de ce que l’âme du corps surnage au-dessus de l’eau comme une crème blanche ; et que les esprits s’unissent alors si fortement, qu’ils ne peuvent plus s’enfuir, parce qu’ils ont perdu leur volatilité. Le grand secret de l’oeuvre est donc de blanchir le laiton, et laisser là tous les livres, afin de ne point s’embarrasser par leur lecture, qui pourrait faire naître des idées de quelque travail inutile et dispendieux. Cette blancheur est la pierre parfaite au blanc ; c’est un corps précieux, qui, quand il est fermenté, et devenu élixir au blanc, est plein d’une teinture exubérante, qu’il a la propriété de communiquer à tous les autres métaux. Les esprits volatils auparavant sont alors fixes. Le nouveau corps ressuscite beau, blanc, immortel, victorieux. C’est pourquoi on l’a appelé résurrection, lumière, jour, et de tous les noms qui peuvent indiquer la blancheur, la fixité et l’incorruptibilité. Flamel a représenté cette couleur dans ses figures Hiéroglyphiques, par une femme environnée d’un rouleau blanc, pour te montrer, dit-il, « que Rebis commencera de se blanchir de cette même façon, blanchissant premièrement aux extrémités tout à l’entour de ce cercle blanc. L’échelle des Philosophes (Scala Philosop.) dit : Le signe de la première partie de la blancheur, est quand l’on voit un certain petit cercle capillaire ; c’est-à-dire, passant sur la tête, qui apparaîtra à l’entour de la matière aux côtés du vaisseau, en couleur tirant sur l’orangé. » Les Philosophes, Suivait le même Flamel, ont représenté aussi cette blancheur sous la figure d’une épée nue brillante. « Quand tu auras blanchi, ajoute le même Auteur, tu as vaincu les Taureaux enchantés qui jetaient feu et fumée par les narines. Hercule a nettoyé l’étable pleine d’ordure de pourriture et de noirceur. Jason a versé le jus sur les Dragons de Colchos, et tu as en ta puissance la corne d’Amalthée, qui encore qu’elle ne soit que blanche, te peut combler tout le reste de ta vie, de gloire, d’honneur et de richesses. Pour l’avoir, il t’a fallu combattre vaillamment et comme un Hercule. Car cet Acheloüs, ce fleuve humide (qui est la noirceur, l’eau noire du fleuve Esep) est doué d’une force très puissance, outre qu’il se change très souvent d’une forme en une autre. » Comme le noir et le blanc sont, pour ainsi dire, deux extrêmes, et que deux extrêmes ne peuvent s’unir que par un milieu, la matière, en quittant la couleur noire, ne devient pas blanche tout à coup ; la couleur grise se trouve intermédiaire, parce qu’elle participe des deux. Les Philosophes lui ont donné le nom de Jupiter, parce qu’elle succède au noir, qu’ils ont appelé Saturne. C’est ce qui a fait dire à d’Espagnet, que l’air succède à l’eau après qu’elle a achevé ses sept révolutions, que Flamel a nommées Inhibitions. La matière, ajoute d’Espagnet, s’étant fixée au bas du vase, Jupiter, après avoir chassé Saturne, s’empare du Royaume, et en prend le gouvernement. A son avènement l’enfant Philosophique se forme, se nourrit dans la matrice, et vient enfin au jour avec un visage beau, brillant, et blanc comme la Lune. Cette matière au blanc est dès lors un remède universel à toutes les maladies du corps humain. Enfin la troisième couleur principale est la rouge : elle est le complément et la perfection de la pierre. On obtient cette rougeur par la seule continuation de la cuisson de la matière. Après le premier oeuvre, un l’appelle sperme masculin, or philosophique, feu de la pierre, couronne royale, fils du Soleil, minière de feu céleste. Nous avons déjà dit que la plupart des Philosophes commencent leurs traités de l’oeuvre à la pierre au rouge. Ceux qui lisent ces ouvrages, ne sauraient faire trop d’attention à cela. Car c’est une source d’erreurs pour eux, tant parce qu’ils ne sauraient deviner de quelle matière parlent alors les Philosophes, qu’à cause des opérations, des proportions des matières qui sont dans le second oeuvre, ou la fabrique de l’élixir, bien différentes de celles du premier. Quoique Morien nous assure que cette seconde opération n’est qu’une répétition de la première, il est bon cependant de remarquer que ce qu’ils appellent feu, air, terre et eau dans l’un, ne sont pas les mêmes choses que celles auxquelles ils donnent les mêmes noms dans l’autre. Leur mercure est appelé mercure, tant sous la forme liquide que sous la forme sèche. Ceux, par exemple, qui lisent Alphidius, s’imaginent, quand il appelle la matière de l’oeuvre, minière rouge, qu’il faut chercher, pour le premier commencement des opérations, une matière rouge ; les uns en conséquence travaillent sur le cinabre, d’autres sur le minium, d’autres sur l’orpiment, d’autres sur la rouille de fer ; parce qu’ils ne savent pas que cette minière rouge est la pierre parfaite au rouge, et qu’Alphidius ne commence son ouvrage que de là. Mais afin que ceux qui liront cet ouvrage, et qui voudront travailler, n’y soient pas trompés, voici un grand nombre des noms donnés à la pierre au rouge. Acide, aigu, adam, aduma, almagra, altum ou élevé, azernard, âme, bélier, or, or vif, or altéré, cancer, cadmie, camereth, bile, chibur, cendre, cendre de tartre, corsuste, corps, corps proprement dit, corps rouge, droite, deeb, déhab, Eté, fer, forme, forme de l’homme, frère, fruit, coq, crête de coq, gabricius, gabrius, gophrith, grain d’Ethiopie, gomme, gomme rouge, hageralzarnard, homme, feu, feu de nature, infini, jeunesse, hebrit, pierre, pierre indienne, pierre indradême, pierre lasule, pierre rouge, litharge d’or, litharge rouge, lumière, matin. Mars, marteck, mâle, magnésie rouge, métros, minière, neusi, huile de Mars, huile incombustible, huile rouge, olive, olive perpétuelle, orient, père, une partie, pierre étoilée, phison, roi, réezon, résidence, rougeur, rubis, sel, sel rouge, semence, sericon, soleil, soufre, soufre rouge, soufre vif, tamne, troisième, treizième, terre rouge, thériaque, thelima, thion, thita, toarech, vare, veine, sang, pavot, vin rouge, vin, virago, jaune d’oeuf, vitriol rouge, chalcitis, colchotar, cochenille, verre, zaaph, zahau, zit, zumech, zumelazuli, sel d’urine, etc. Mais tous ces noms ne lui ont pas été donnés pour la même raison ; les Auteurs dans ces différentes dénominations n’ont eu égard qu’à la manière de l’envisager, tantôt par rapport à sa couleur, tantôt à ses qualités. Ceux, par exemple, qui ont nommé cette matière ou pierre au rou-ge, acide, adam, Eté, almagra, âme, bélier, or, cancer, camereth, cendre de tartre, corsusté, déeb, frère, fruit, coq, jeunesse, kibrit, pierre indradême, marteck, mâle, père, soleil, troisième, neusis, olive, thion, verre, zaaph, ne l’ont nommée ainsi qu’à cause de l’altération de sa complexion. Ceux qui n’ont eu en vue que sa couleur, l’ont appelée gomme rouge, huile rouge, rubis, séricon, soufre rouge, jaune d’oeuf, vitriol rouge, etc, « En cette opération de rubifiement, dit Flamel, encore que tu imbibes, tu n’auras guère de noir, mais bien du violet, bleu, et de la couleur de la queue du paon : car notre pierre est si triomphante en siccité, qu’incontinent que ton mercure la touche, la nature s’éjouissant de sa nature, se joint à elle, et la boit avidement ; et partant le noir qui vient de l’humidité ne se peut montrer qu’un peu sous ces couleurs violettes et bleues, d’autant que la siccité gouverne maintenant absolument... Or souviens-toi de commencer la rubification par l’apposition du mercure orangé rouge, mais il n’en faut guère verser, et seulement une ou deux fois, selon que tu verras : car cette opération se doit faire par feu sec, sublimation et calcination sèche. Et vraiment je te dis ici un secret que tu trouveras bien rarement écrit. » Dans cette opération le corps fixe se volatilise ; il monte et descend en circulant dans le vase, jusqu’à ce que le fixe ayant vaincu le volatil, il le précipice au fond avec lui pour ne plus faire qu’un corps de nature absolument fixe. Ce que nous avons rapporté de Flamel doit s’en-tendre de l’élixir donc nous parlerons ci-après ; mais quant aux opérations du premier oeuvre, ou de la manière de faire le soufre Philosophique, d’Espagnet la décrit ainsi (Lum. 109.): « Choisissez un Dragon rouge, comateux, qui n’ait rien perdu de sa force naturelle : ensuite sept ou neuf Aigles vierges, hardies, dont les rayons du Soleil ne soient pas capables d’éblouir les yeux : menez-les avec le Dragon dans une prison claire transparente, bien close, et pardessus un bain chaud, pour les exciter au combat. Ils ne tarderont pas à en venir aux prises ; le combat sera long et très pénible jusqu’au quarante-cinquième ou cinquantième jour, que les Aigles commenceront à dévorer le Dragon. Celui-ci en mourant infectera toute la prison de son sang corrompu, et d’un venin très noir, à la violence duquel les Aigles ne pouvant résister, expireront aussi. De la putréfaction de leurs cadavres naîtra un corbeau, qui élèvera peu à peu sa tête ; et par l’augmentation du bain, il déploiera ses ailes, et commencera à voler ; le vent, les nuages l’emporteront ça et là ; fatigué d’être ainsi tourmenté, il cherchera à s’échapper : ayez donc soin qu’il ne trouve aucune issue. Enfin lavé et blanchi par une pluie constante, de longue durée, et une rosée céleste, on le verra métamorphosé en cygne. La naissance du corbeau vous indiquera la mort du Dragon. » « Si vous êtes curieux de pousser jusqu’au rouge, ajoutez l’élément du feu qui manque à la blancheur : sans toucher ni remuer le vase, mais en tonifiant le feu par degrés, poussez son action sur la matière jusqu’à ce que l’occulte devienne manifeste, l’indice sera la couleur citrine. Gouvernez alors le feu du quatrième degré toujours par les degrés requis, jusqu’à ce que par l’aide de Vulcain, vous voyiez éclore des roses rouges qui se changeront en amaranthes, couleur de sang. Mais ne cessez de faire agir le feu par le feu, que vous ne voyiez le tout réduit en cendres très rouges et impalpables. » Ce soufre Philosophique est une terre d’une ténuité, d’une ignéité et d’une sécheresse extrêmes. Elle contient un feu de nature très abondant, c’est pourquoi on l’a nomme feu de la pierre. Il a la propriété d’ouvrir, de pénétrer les corps des métaux, et de les changer en sa propre nature : on le nomme en conséquence père et semence masculine. Les trois couleurs noire, blanche et rouge doivent nécessairement se succéder dans l’ordre que nous les avons décrites ; mais elles ne sont pas les seules qui se manifestent. Elles indiquent les changements essentiels qui surviennent à la matière : au lieu que les autres couleurs presque infinies et semblables à celles de l’arc-en-ciel, ne sont que passagères et d’une durée très courte. Ce sont des espèces de vapeurs qui affectent plutôt l’air que la terre, qui se chassent les unes et les autres, et qui se dissipent pour faire place aux trois principales donc nous avons parlé. Ces couleurs étrangères sont cependant quelquefois des signes d’un mauvais régime, et d’une opération mal conduite ; la noirceur répétée en est une marque certaine : car les petits corbeaux, dit d’Espagnet (Can.66.), ne doivent point retourner dans le nid après l’avoir quitté. La rougeur prématurée est encore de ce nombre ; car elle ne doit paraître qu’à la fin, comme preuve de la maturité du grain, et du temps de la moisson. De l’Elixir. Ce n’est pas assez d’être parvenu au soufre Philosophique que nous venons de décrire ; la plupart y ont été trompés, et ont abandonné l’oeuvre dans cet état-là, croyant l’avoir poussé à sa perfection. L’ignorance des procédés de la Nature et de l’Art sont la cause de cette erreur. En vain voudrait-on tenter de faire la projection avec ce soufre ou pierre au rouge. La pierre Philosophale ne peut être parfaite qu’à la fin du second oeuvre qu’on appelle Elixir. De ce premier soufre on en fait un second, que l’on peut ensuite multiplier à l’infini. On doit donc conserver précieusement cette première minière de feu céleste pour l’usage requis. L’élixir, suivant d’Espagnet, est composé d’une matière triple ; savoir, d’une eau métallique, ou du mercure sublimé philosophiquement, du ferment blanc, si l’on veut faire l’élixir au blanc, ou du ferment rouge pour l’élixir au rouge, et enfin du second soufre ; le tout selon les poids et proportions Philosophiques. L’élixir doit avoir cinq qualités, il doit être fusible, permanent, pénétrant, tingeant et multipliant ; il tire sa teinture et sa fixation du ferment ; sa fusibilité de l’argent-vif, qui sert de moyen pour réunir les teintures du ferment et du soufre ; et sa propriété multiplicative lui vient de l’esprit de la quintessence qu’il a naturellement. Les deux métaux parfaits donnent une teinture parfaite, parce qu’ils tiennent la leur du soufre pur de la Nature ; il ne faut donc point chercher son ferment ailleurs que dans ces deux corps. Teignez donc votre élixir blanc avec la Lune, et le rouge avec le Soleil. Le mercure reçoit d’abord cette teinture, et la communique ensuite. Prenez garde à vous tromper dans le mélange des ferments, et ne prenez pas l’un pour l’autre, vous perdriez tout. Ce second oeuvre se fait dans le même vase, ou dans un vase semblable au premier, dans le même fourneau, et avec les mêmes degrés de feu ; mais il est beaucoup plus court. La perfection de l’élixir consiste dans le ma-riage et l’union parfaite du sec et de l’humide, de manière qu’ils soient inséparables, et que l’humide donne au sec la propriété d’être fusible à la moindre chaleur. On en fait l’épreuve en en mettant un peu sur une lame de cuivre ou de fer échauffée, s’il fond d’abord sans fumée, on a ce qu’un souhaite. Pratique de l’Elixir suivant d’Espagnet. « Terre rouge ou ferment rouge trois parties, eau et air pris ensemble six parties ; mêlez le tout, et broyez pour en faire un amalgame, ou pâte métallique, de consistance de beurre, de manière que la terre soit impalpable, ou insensible au tact ; ajoutez-y une partie et demi de feu, et mettez le tout dans un vase, que vous scellerez parfaitement. Donnez-lui un feu du premier degré, pour la digestion ; vous ferez ensuite l’extraction des éléments par les degrés de feu qui leur sont propres, jusqu’à ce qu’ils soient tous réduits en terre fixe. La matière deviendra comme une pierre brillante, transparente, rouge, et sera pour lors dans sa perfection. Prenez-en à volonté, mettez le dans un creuset sur un feu léger, et imbibez cette partie avec son huile rouge, en l’incérant goutte à goutte jusqu’à ce qu’elle se fonde et coule sans fumée. » Ne craignez pas que votre mercure s’évapore, car la terre boira avec plaisir et avidité cette humeur qui est de sa nature. Vous avez alors en possession votre élixir parfait. Remerciez Dieu de la faveur qu’il vous a faite, faites-en usage pour sa gloire, et gardez le secret. » L’élixir blanc se fait de même que le rouge ; mais avec des ferments blancs, et de l’huile blanche.
Le double Ka Égyptien
251
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.