L'alchimie d'Hermès, la haute science de l'analogie. Le livre du Filet d'Ariadne.
Le Filet D'ariadne Pour entrer avec sureté dans le labyrinthe de la philosophie hermétique. Chapitre III. De la Préparation. Après avoir parlé si abondamment et si clairement de la matière, venons à parler de sa préparation, que les Sages se sont tant étudiés de cacher, quoiqu'elle soit la chose la plus difficile de tout l'Art. Ils l'ont fait exprès, d'autant que si par hasard, ou par l'imprudence de quelqu'un, un homme venait à la connaissance de la vraie matière, ne sachant pas comment la préparer, (ce qui est absolument nécessaire) ne pût parvenir à l'accomplissement de l'œuvre : et comme grand nombre de personnes pêchent à l'égard de la matière, il y en a encore plus qui manquent en la préparation, sans laquelle la pierre n'ayant point de mouvement de soi, ne peut être faite un Elixir parfait, mais doit le recevoir de l'art et du travail. Ces préparations, purgations et purifications ne sont pas vulgaires, mais Philosophiques ; et les Artistes ne peuvent les faire par des voies contraires à celle de la nature, et celui qui en emploie, détruit son ouvrage, parce qu'il doit imiter la nature et lui aider, puisqu'il doit travailler avec elle, mais non pas lui faire violence ; c'est à dire se servir des eaux fortes pour dissoudre en la préparation, d'autant qu'elles sont corrosives et corrompent la substance des corps; car plus ces eaux les corrodent et corrompent, plus elles les éloignent de l'espèce des métaux. Mais les dissolutions qui se font comme il faut, se font par l'argent-vif ; c'est-à-dire par l'eau des Philosophes, qui corrompt seulement la forme extérieure des corps qui sont dissous, mais non la substance, d'autant qu'elle a en soi une vertueuse humidité qui les dissout amiablement et sans aucun dommage, et qui est plus forte que le feu, d'autant qu'elle se fait du corps de l'or, un pur esprit ; ce que le feu ne peu pas faire, ainsi que dit la Tourbe. La préparation se fait et doit se faire par la destruction réitérée en résolvant et sublimant, et en séparant de la pierre le pur d'avec l'impur, l'épais d'avec le subtil, comme dit le Philosophe, dans le même temps qu'on mêle le soufre et le mercure, le Soleil et la Lune ensemble, et sans perdre aucun temps crainte de la dissipation des esprits, sans lesquels rien ne se peut faire, n'ayant point de mains; mais c'est aux mains de l'Artiste auxquelles cette opération est dévolue : ce qui étant bien fait, la matière ne peut plus demeurer dans son espèce ni dans sa forme, mais bien dedans le genre et dans la sienne, et ainsi la matière est disposée à recevoir la forme de tous les métaux, et est une opération qui seule la dispose à la séparation de toutes les parties qui la composent. Quand l'animal a pris des aliments, et qu'ils sont après digérés par la chaleur naturelle, la séparation du pur et de l'impur desdits aliments se fait par la Nature ; l'impur et le grossier est chassé, et ce qu'il y a de pur et de subtil est retenu et converti en chyle, lequel est ensuite distribué à toutes les parties du corps ; il en est à peu près de même dans cette opération que l'Artiste fait, parce que la Nature ne l'a pu faire, etc. Les principes de la pierre sont soufre et mercure, non pas dans leur nature, mais altérés et ensemble mêlés, et dûment proportionnés par la nature : en sorte que leur mélange avec les deux luminaires, il en vienne une troisième nature, et qui pourtant retient parfaitement les vertus et propriétés de l'un et de l'autre : sur quoi il faut savoir, que le soufre et l'argent-vif sont des esprit volatils et que l'argent-vif l'est d'avantage que le soufre, d'autant qu'il suit d'avantage le feu, comme ayant plus de contrariété avec lui, mais le soufre a en lui la vertu de coaguler et fixer ; ainsi la pierre a principalement de l'argent-vif la propriété de voler, et du soufre la puissance de fixer, qui sont les deux principaux fondement que les Philosophes veulent unanimement qu'ai la pierre ou matière de la pierre, pour devenir Pierre parfaite. Et quand cette opération est faite par le moyen de l'art et la prudence de l'Artiste, le mercure et le soufre étant unis ensemble et proportionnés avec le Soleil et la Lune, une troisième nature qui en provient est leur mercure, auquel les Sages ont donné divers noms, car ils l'ont appelé eau de mer, parce qu'il y a plus d'eau que de mer, et que de la nature ignée : il acquiert la subtilité, l'amertume et la puanteur. Il est nommé eau de nuée, mais eau permanente, d'autant que l'eau de nuée vulgaire n'est pas permanente au feu, mais s'enfuit et s'exhale, Hermès lui donne le nom de queue de dragon, parce que le dragon qui est le corps ou la terre, la dévore et la boit toute, et ce dragon est la substance fixe. Ils l'appellent leur eau dorée et leur eau de talc, parce qu'elle contient en puissance la substance des deux luminaires. Leur mercure minéral et corporel, leur mercure animé, le double mercure, le mercure métallique, le mercure essentiel sans lequel rien ne peut se faire ; leur eau de vie, eau céleste, leur eau douce, eau antimoniale et mercuriale, eau bénite, eau venimeuse, eau puante, eau des eaux, eau pondéreuse, parce qu'étant métallique, elle est plus pesante que toutes les autres eaux. Ils lui ont donné une infinité d'autres noms, non seulement pour le cacher aux ignorants et aux méchants, mais aussi à cause de son excellence, et il n'y a pas un de ces noms qui ne lui convienne parfaitement. Il contient les quatre éléments dans une proportion égale, qui s'altèrent dans l'ouvrage les uns et les autres ; et enfin deviennent, nonobstant leur propension mutuelle à la guerre réciproque dans un si parfait tempérament et dans une si grande paix et amitié, que ne faisant plus qu'une même chose : cette chose est un remède à tous les maux pour le soulagement de toute la nature. Mais auparavant qu'il est été travaillé, il est une eau qui ne mouille point, il est un feu qui ne brûle point, il est une eau qui ne craint point le feu, il est un feu qui ne s'éteint point dans l'eau, et qui y subsiste sans s'y altérer. Il est un aimable dissolvant de tous les corps sans excepter les pierres les plus dures. Il se dissout, se calcine, se sublime, se coagule et se perfectionne lui-même. Il est le dissolvant et l'eau forte des Philosophes ; il est un Prothée et un Caméléon, qui se change en toutes couleurs jusqu'à ce qu'il ait atteint le rouge parfait. Et la raison, c'est qu'il contient le mercure et le soufre des Sages, qui sont les vrais dissolvants de tous les métaux, et qu'il ne se trouve point qu'aux métaux. Ce mercure congèle facilement le mercure vulgaire, mais ne le fixe pas ; pour y parvenir, il faut qu'il soit joint au Soleil et à la Lune, c'est-à-dire, il faut qu'il soit cuit et réduit en Elixir parfait au blanc ou au rouge, et il n'importe avec lequel il doit être joint, c'est-à-dire, fixé. Geber dit que ce mercure est une gomme plus noble que les marguerites et les pierres précieuses, et que ceux qui pensent faire l'ouvrage sans lui, sont semblables à ceux qui veulent monter au haut d'une Tour sans échelle, et qui tombent sur le pavé en commençant. Ce mercure subtilisé est appelé eau permanente qui résiste au feu étant unie à son corps, sans lequel elle ne serait pas permanente : et la raison pour laquelle elle est permanente, c'est qu'elle est engendrée dans le feu, et par le feu ; et qu'ainsi qu'on peut dire que le feu est son père, quoiqu'il ne soit que sa nourriture. Elle est cette humidité vivifiante de la pierre, sa vie et sa résurrection ; elle dissout et congèle tout, elle est la chose qui teint et qui est teinte invariablement, parce qu'elle est animée d'une chaleur vivifiante, c'est pourquoi sa teinture est permanente et ne peut être effacée ; les Philosophes ont scellé la manière de la faire, parce que c'est la principale clef de tout l'œuvre et de leur magistère : cette eau est l'esprit des corps convertis en nature de quintessence donnant vertu à la pierre. Devant que la pierre soit travaillée, elle se divise en corporelle et spirituelle ; l'un fort de l'autre, et l'un rend l'autre meilleur ; l'un est masculin et l'autre féminin, l'argent-vif des Philosophes est l'humidité radicale de la pierre, la magnésie est tout le compost dans lequel est l'humidité susdite, laquelle humidité n'est pas comme les autres humidités qui fuient le feu, parce qu'il les consume, mais celle-ci y courre ; dans cette humidité ou pierre sont le Soleil et la Lune en vertu et puissance, et aux éléments en nature : et s'ils n'étaient pas en ce compost, rien ne se ferait, et de cela ne se ferait pas le Soleil et la Lune, qui sont autres et meilleurs que ceux du vulgaire, parce qu'il sont vivants, et que ceux du vulgaire sont mort. Cette eau contient en soi tout ce qui lui est nécessaire pour son amélioration, et sa dernière perfection, n'ayant besoin que du secours de l'art, c'est-à-dire d'un feu artificiel et proportionné : et on ne peut errer qu'en ce commencement, c'est-à-dire au feu, parce qu'il est difficile de trouver sa proportion. Rasis dit que quand ce mercure naît, qu'avec lui dans son ventre naissent le Soleil et la Lune. Enfin il y a tant de merveilles en ce mercure, qu'il contient en soi non seulement toute ma perfection métallique, mais encore toutes les perfections de tous les êtres tant supérieurs qu'inférieurs ; et en un mot de toute la nature, et son animation est la transformation de l'or en sperme, et ce sperme n'est que pur or spirituel. Ce mercure contient en soi un feu, qui doit être repu et nourri de plus grand feu au second régime de la pierre, et ce feu du second régime doit être enclos par ce second ; les Philosophes le nomment propre instrument. Ce mercure est de terre et d'eau, et on le met dans l'œuf tout frais et récent avec tout son sang ; c'est-à-dire avec tous ces esprits ; c'est pourquoi il faut sceller que le plus promptement qu'on pourra, avec le plus commode sceau d'Hermès, dont sera parlé ci-après, afin qu'il y soit sublimé et exalté à la nature d'air et de feu, comme dit Arnauld de Villeneuve. Que les Chymistes ne cherchent donc plus de dissolvants autre que celui-ci, qui est le vrai dissolvant universel, qui dissout tout corps, quelques durs qu'ils soient, doucement, aimablement et sans altération, ni corrosion aucune. Qu'ils ne distillent plus des soixante muids d'eau de puits pour en faire un, et que les Sophistes laissent toutes leurs folles imaginations pour en trouver un propre à leurs desseins, et que les uns et les autres ne se rompent plus la tête à en vouloir faire avec divers sujets et diverses drogues. Tous leurs dissolvants ne seront jamais dissolvants qui puissent radicalement dissoudre les corps sans corrosion et altération. Qu'ils étudient donc, et qu'ils cherchent le moyen de faire ce divin dissolvant, qui dissout si bien tous les corps quelques durs qu'ils soient, et qui se dissout soi-même, qui est ce merveilleux mercure, qui contient en soi tout ce qui est parfait au monde, et qui est l'abrégé des merveilles de Dieu : il est corporel et spirituel, il est esprit et participe des natures spirituelles. Lorsque par une merveilleuse industrie on a tiré ce mercure du lieu auquel il était caché par la Nature, quoi qu'il ait encore beaucoup de superfluités, il n'en faut rien séparer ; et ceux qui prétendent qu'il y a du phlegme ou des impuretés qu'ils disent devoir être séparées, ne sont pas bien éclairés ni habiles gens en cet Art, d'autant que le feu des Philosophes convertit tout cela en substance spirituelle, pure et fixe : ce qu'aucun Philosophe n'a enseigné que Pontanus, et ceux qui en séparent quelque chose gâtent l'ouvrage, et n'y pourront arriver. Mireris dit que la pierre est froide et humide au commencement, et après qu'elle est faite, chaude et sèche; que néanmoins il n'y a qu'un régime à l'égard de l'Artiste, qui tend à rendre la pierre en sa perfection ; ce que ne se put faire que par une parfaite digestion, à laquelle on ne peut arriver que par diverses digestions particulières, qui produisent divers effets et plusieurs couleurs : d'où il s'ensuit, que devant qu'elle arrive à sa perfection, elle passe de nature en nature, et de couleur en couleur ; de sorte qu'à l'égard de l'intention de venir à la fin, il n'y a qu'un régime et une opération ; et quant à la diversité des natures, il y a diversité d'opérations. Et quand le Philosophe dit : il monte au Ciel, c'est-à-dire au sommet de l'œuf ; et qu'après il descend en terre, c'est-à-dire au fond du vaisseau. Quand la matière est noire, cette noirceur se nomme putréfaction; et lorsqu'elle a perdu cette couleur, elle est appelée ablution et cération par quelques Philosophes. Enfin tout le travail de la pierre moyennant la Nature, n'est qu'une coction et digestion continuelle de la même nature, par un travail très simple et très aisé, pendant le progrès duquel toutes les Planètes se font voir ; c'est pourquoi la pierre a été appelée des noms des Planètes et même de ceux des minéraux. Devant que l'Artiste commence son travail, il doit savoir et bien connaître la matière propre, et le moyen de la travailler comme il faut, il doit s'armer d'une grande patience, être vigilant et observer ponctuellement tout ce qui se passera dans ses vaisseaux, d'autant qu'il se doit régler sur se qu'il verra ; il apprendra même par là, les merveilles que Dieu a mises et cachées dans la Nature, sur lesquelles faisant de solides réflexions, il aura souvent des lumières, auxquelles il n'aurait pu atteindre, ni même avoir la moindre espérance de pouvoir les acquérir. Il faut qu'il écrive tout pour sa consolation, et afin que rien ne lui échappe : et surtout, que rien ne lui manque de ce qui lui est nécessaire devant que commencer son travail, dont il trouvera un état dans l'article du Fourneau ci-après déclaré. Or le vrai moyen de conduire l'ouvrage à une bonne et due fin, c'est d'imiter la Nature, qui par une continuelle et douce chaleur fait l'argent-vif et le soufre dans la terre, sans quoi l'Artiste ne ferait jamais rien qui vaille, et ceux qui font autrement et à leur fantaisie, ou se servent du mercure et du soufre du vulgaire, travaillent en vain, parce que l'intention de la Nature et des Philosophes n'est pas cela ; mais bien qu'on prenne leur argent-vif et leur soufre. Il est constant que la Nature est longtemps à les faire; mais quand elle est jointe à l'Art, et que l'art commence où la nature a fini ses opérations, il en vient à bout en peu de temps ; et comme l'art tout seul ne peut rien faire sans la nature, la Nature qui a mis les poids et les proportions dans la matière, aide encore l'Artiste à perfectionner ce qu'elle avait commencé seule, en travaillant avec lui et lui fournissant son feu central ou interne, et l'Artiste le feu externe proportionné, avec les vaisseaux à peu près pareil à ceux dont se sert ordinairement le même nature. Mais à cause qu'il faut élever la matière à une perfection fort étendue, pour en pouvoir perfectionner les métaux imparfaits ; il faut de temps en temps augmenter le feu externe, qui est la nourriture de la pierre, à mesure qu'elle se fortifie, suivant le sentiment de quelques Philosophes ; nous en parlerons à fond dans l'article du Feu. Devant que de finir ce Chapitre, il faut que je mette ici une chose rare de notre mercure Philosophal. Tout le monde sait qu'il dissout assez facilement les métaux, vous en savez la raison qui a été dite ci-dessus, et pourquoi il ne les corrode pas comme font tous les autres dissolvant ; et s'il les dissout amiablement quelques durs qu'ils soient, à plus forte raison il dissout les choses moins compactes. Or si on lui donne de l'oripeau à dissoudre, cet oripeau deviendra en un moment en bouille fort claire, laquelle étant prise, par un tour de l'Art, avec un pinceau de métal, et appliquée sur du bois, du fer ou autre matière, la dorera d'une dorure infiniment plus belle que celle dont on se sert ordinairement, et qui durera même beaucoup d'avantage, puisqu'elle fait par pénétration dans les matières, selon la dureté de leurs corps, ce que la commune ne fait que superficiellement et par application. Ce secret doit en le méditant faire bien penser à ceux qui en auront la connaissance, à inventer cent beaux ouvrages dont on ne s'est jamais avisé, et cette grande pénétration en doit être comme la base et le fondement. Le corps mort est réduit en une terre noire qui n'a plus que peu de sel fixe ni de volatil, et qui pourtant étant trituré et réduit en poudre, est capable par sa grande siccité d'attirer puissamment l'esprit universel, lequel s'unissant avec cette poudre lui donne de nouveaux sels et esprit conformes à sa première nature : ce qui est un autre secret qu'aucun Philosophe n'a jamais enseigné, et que je sais par expérience ; de sorte qu'on peut encore y trouver une substance, qui n'est pas à mépriser. De même en est-il des matières dont on fait les eaux fortes communes et vulgaires, qui étant épuisées par l'Art, de tous leurs esprits, en fournissent encore plus d'une fois qui ne cèdent en rien aux premières, lorsqu'on se donne la peine de faire ce que dessus. Par ces exemples, on peut chercher quelque chose de nouveau dans la plupart des fèces et corps morts, des matières dont se servent la Chymie et la Médecine ordinaire. Je pourrais encore ajouter quelqu'autre chose, mais cela suffira pour aiguillonner les Curieux au travail, et à la recherche de diverses merveilles qui sont encore inconnues aux plus savants et meilleurs esprits.
225
Académie d'Hermès
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.