20
Le Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste. Version de 1557 de Loys Lazarel, livre 11
Le texte de cette version du Corpus Hermeticum est volontairement conservé en français du 16ème siècle.
Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste, de Loys lazarel Ce qu’est la vie et la mort. Toutes, est Dieu, par lequel sont faites toues choses, et d’où elles prennent leur source et dirivation. Or n’est ceste vie autre chose, que l’union et concorde de l’ame, et de l’entendement. Et la mort n’est pas la destruction des choses conioinctes, ains la deslieson de leur union. L’image doncques de Dieu (pour faire bref) est l’aage, celle de l’aage le monde, celle du monde le Soleil, celle du Soleil l’homme. Mais aucuns estiment la mort estre quelque mutation, pour autant que ceste masse corporelle se resoult, et la vie se reduyt en quelque chose occulte. Certes mon trescher amy Mercure, il fault que de moy tu retiennes que le monde se change aucunement, à l’ocasion que quelques particules d’iceluy se mussent continuëllement : n’estime iamais toutesfoys se pouvoir faire que aucune d’icelles puissent perir. Or ses passions, sont revolution et occultation. Dont revolution, vault autant à dire comme conversion et changemêt d’une chose en autre : et occultation, renouvellement de toues choses. D’avantage pour autant qu’il est omniforme, c'est-à-dire, qu’il côtient les formes et figures de toutes choses, il n’en reçoit aucunes autres d’ailleurs, et estranges : mais trop bien les meut, et agit en soy. D’où peut on voir clerement et entendre, que puis qu’ainsi est que ce monde a esté crée plein de toutes formes, de quelle trop plus grande excellence L’idée est une forme simple, pure et immuable doit estre son autheur. Certes au pris, il ne se peut faire, qu’il n’ay quelque forme. Mais s’il est aussi omniforme, en cela il sera semblable au monde. Au contraire, s’il n’a qu’une forme, il faut dire par cela qu’il est de pire condition que le monde. Au contraire, s’il n’a qu’une forme, il faut dire par cela qu’il est de pire condition que le monde. Que dirons nous doncques à cecy ? Ie te prie que ne demeurons point en doute. Car en matiere de divinité, ce dont on fait doute, n’est encore cogneu. Dieu donc n’a qu’une seule Idée, c'est-à-dire un forme, ou espece. Laquelle pour ce qu’elle ne se peut voir elle est incorporelle, et exprime ses formes par un chacun corps. Et ne t’esmerveille aucunement de ce que ie dy, qu’il y a quelque Idée incorporelle. Car il fault que tu entendes, qu’elle est telle que celle de la parolle, ou bien comme sont les sommetz des caracteres en quelques escritz : lesquelz semblent fort exceder, combien qu’ilz soient de leur nature uniz par-dessus, et legiers. Mais ie te prie de mediter ce que i’ay vouloir de traiter à present, à cause principallement que ie le veux essertener plus hardiment, et plus veritablement, que ie n’ay encores fait. Tout ainsi que l’homme ne sçauroit Dieu vivre qui ne produysist tous biens. Car sa vie, et son acte, est de produyre toues choses et de leur inspirer vie. Mais entre ce que i’ay dit au dessus, il y a quelques choses, lesquelles requierent autre Toutes choses sont en Dieu, ce qui n’est pas un lieu certaine intelligence. Prendz garde en cest exemple, et que ie veux par iceluy singulierement signifier. Toutes choses sont en Dieu, non pas toutesfois comme si elles estoiêt colloquées en quelque certain lieu. Car lieu est un corps immobile, et ce qui est mis en quelque certain lieu n’a aucun mouvement. Car d’une autre sorte met on quelque chose en un corps, et d’une autre en la fantasie. Pense doncques à celuy qui toutes choses contient, pense n’estre rien en toute nature corporelle plus capable, plus abondant, plus fort et puissant que luy : et d’avantage qu’il est sur’toutes choses qu’on pourroit dire, ou penser, le tres capable, le tres soudain, le tres puissant. Et ainsi faisant, et commençant encore à toy mesme medite tout cecy de rechef, et commande à ton ame s’en aller ou tu veux penser, et la verras s’en voller premier que luy ays commmandé. Commâde luy de passer outre la grand’mer Occeane, et aperceveras qu’elle y sera, avant que luy ayes commandé, sans toutesfois sortir hors de son lieu. Commande luy s’en voler au ciel, et elle y vollera incontinent sans ayde d’aelles quelconques, et si n’y aura rien qui puisse nuyre à son cours : ny’ l’ardeur du Soleil, ny l’amplitude et estenduë de l’air, ny le cours et revolution des cieux, ny le cours de tous les autres astres, qu’elle ne penetre tout, et ne passe outre, et parvienne iusques au supreme corps. La vivacité de l’âme D’avantage si as vouloir de surpasser tous les globs et rondeurs celestes, et en chercher tout ce qui est lassus, il se sera pareillement loysible. Voy doncques et considere combien est grande la puissance et soudaineté de ton ame. Tu peux faire tout cecy, et Dieu ne le pourra faire ? Contemple doncques Dieu et l’apprehende, comme ayant en soy les parfaites cognoissances et intelligences de toutes choses, et se contenant soy mesme à la façon qu’il contient le môde universel. Car si tu ne te fais esgal à Dieu, et ne t’appareilles à luy, tu ne le comprendras, ny ne l’entendras iamais, atendu, que le semblable est tousiours cogneu du semblable. Estans toy doncques d’une grandeur infinie, sors hors de ce corps, surpasse tout temps, sois eternité, et ainsi finablement tu pourras cognoistre Dieu, sans à toy supposer rien impossible. Estime toy immortel, et pouvoir comprendre toutes sciences, et tous artz. Eslieve toy plus hault que toute hauteur, et te deprime plus bas que les abismes et profonditez. Recueille tous les sens de tes faitz, ensemble du feu, de l’eau, de toute secheresse et humidité. Soys par toutes les parties du monde, au ciel, en la terre, en la mer, des a doncques leur commêcement iusques à present. Habite hors le vaisseau de ce corps. Estime ne pouvoir rien perir par la mort. Comprends toutes ces choses ensemble, sçavoir est, tous lieux, tout Le paresseux et le nonchalant ne connaissent pas Dieu temps, toute pesanteur et legereté, toutes qualitez et quantitez, et lors pourras finablement entendre que c’est que Dieu. Au contraire si tu mets à nochalloir ton ame et n’en fais conte, et la permets estre par ce corps aborbée, et abismée es profondes abismes d’ignorance et paresse, et te veaustres en leur ordure et infameté, par telles ou semblables parolles : Ie ne sçay rien, et ne puis rien sçavoir : I’ay crainte des vastes abismes de la mer : Ie ne peu voller lassus au ciel : Ie ne sçay que c’est de moy à present, ne que ie deviendray à l’avenir : quelle acointance as-tu avecques Dieu ? Car pendant que tu seras meschant, inique, et serf de ce puant corps, tu ne pourras aucunement comprendre ceste supreme bonté, ne voir ceste excellente et infinie beauté. Or est la plus extreme meschanceté que peut l’homme encourir, que de ne recognoistre point son Dieu. Mais se confier en luy, et avoir bonne esperance de pouvoir à quelque fois par son moyen trouver ce bien, est une voye divine, conduysant un chacun par le droit sentier ou y veult aspirer, sans se forvoyer çà et là. Laquelle si tu suys, elle te rencontrera tousiours en tous lieux que tu marcheras sur terre, que tu yras sur mer, que tu parleras, ou te tairas, soit iour soit nuict. Car il n’y a rien en toutes les choses de nature, qui n’ait en soy quelque image representative de divinité. TRISMEGISTE : Et Dieu n’est il pas invisible ? LA PENSEE : Ie te prie, Trismegiste, de plus religieusement parler. Car qui peut estre plus luysant que luy ? Car aussi il a fait et crée toutes choses à ceste seule intention, que tu le veisses et contemplasses par une chacune d’elles. Et de fait sa seule bonté et vertu, est de reluyre par une chacune de ses œuvres. Tellement qu’il n’est rien invisible, mesmes es choses incorporelles. L’entendement certes se voyt par son intelligence et apprehension, et Dieu par ses œuvres. Tu sufise doncques, Trismegiste, t’avoir declaré toutes ces choses iusques icy, tu pourras les autres facilement par toy mesme en chercher d’icy en avant, sans estre deceu par quelque faulce espece de verité. L’argument du douziesme Dialogue. Le douziesme traicte de l’entendement inferieur, lequel est quelque apparence et image de celuy de Dieu : apres la breve et parfaicte declaration d’iceluy, il le conioint à l’ame de chasque animans. Disant que es bestes irraisonnables il n’est autre chose que leur nature, mais qu’est hommes, que c’est leur raison. De laquelle ceux qui en sont destituez, sont à la façon des bestes sauvages, d’ardente impetuosité transportez au desir et accomplissement de toutes voluptez, sans iamais mettre ne trouver fin à leur ordure, maux, et passions. Et pour tant, par le decret et arrest de Dieu, ilz endurent à bon droit, et souffrent les peines à eux deuës pour leur ignorance. Les gens de bien au contraire sur lesquelz raison et entendement (qui est l’image de toute beauté et bonté) dominent, reçoivent le bien, que ce divin decret et fatalle destinée leur a adiugé. Parquoy il fault penser estre impossible de l’eviter, au moyen que ce n’est autre chose que la loy divine. Mais on peut bien fuyr les maux, qui suyvent iniquité. Mercure en apres estant inspiré de l’oracle divin, dispute de plusieurs choses, asseurant avoir sceu (su) ce qu’il dit, par divine inspiration. Il loüe fort les deux dôs (dons) de grace, que sur toutes autres creatures de ce monde, Dieu a conferé à l’homme, sçavoir est, entendement, et la parolle. Il declare puis apres les oracles que son bon ange et celeste esprit, son inspirateur, luy a divinement inspiré, comme de Dieu, du Verbe, du monde, et de la matiere. Il dit finablement n’estre rien en ce monde, qui soit privé de vie, ou qui soit mortel : mais plus tost, qu’il le fault estimer seulement dissoluble, et qu’il ny a rien immobile. D’avantage, qu’entre toutes choses dissolubles, en maintes sortes Dieu se ioint et se communique à l’homme seulement, en monstrant comme en delaissant les choses sensibles, il se peut esleve pour comprendre Dieu. Du commun Mercure à Tat son fils De la puissance : DU COMMUN MERCURE à Tatius son filz. Dialogue XII Tatius mon filz tu doibs sçavoir et entendre que la pensée naist et procede de la propre essence de Dieu, si toutesfois aucune il en a intelligible. Laquelle essence, quelle quelle soit, seule se comprend soymesme purement et simplement. De laquelle n’est iamais divisée la pensée mais plustost est à elle conioincte, ainsi que la lumiere au corps du Soleil. Ceste pensée ou entendement, est un Dieu es hommes, tellement qu’aucuns d’entre eux sont dieux, et leur humanité est tres approchante de divinité. Et de fait mon bon ange et celeste esprit, m’a souvent inspiré, que tout ainsi que les bienheureux espritz sont immortelz. Mais es bestes brutes et irraisonnables, que ladite pensée et entêdement, n’est autre chose que leur nature. Car tout ce qui a ame, il a pareillement entendement : tout ainsi que ce qui a vie, a semblablement ame. En tout ce qui vit, neantmoins sans le discours de raison, l’ame est leur vie, privée toutesfois de tout entendement raisonnable. Au moyen que le seul L’entendement est le seul guide de l’âme humaine entendement, conduyt et ayde l’ame de l’homme, la revocant et eslevant tousiours à son propre et naturel bien. Quant aux autres animaux, qui ne participent de raison, il les conduyt seulement à faire leurs œuvres, avecques le naturel d’un chacun. Il resiste aussi par fois à l’ame humaine, et luy fait la guerre, à raison que quand elle est infuse au corps, se deprave par volupté, et continuel douleur. Car douleur et volupté sourdent de la conionction du corps et de l’ame, ainsi que les ruysseaux de la fontaine, esquelz l’ame une fois plongée, est souvent suffoquée et noyée. Toute ame doncques à laquelle domine entendement et raison, il l’esclarcist (éclaircit) et illustre de sa divine lumiere, en resistant à ses perverses meurs, et tous inconveniens qui luy pourroient succeder. Et tout ainsi qu’un medecin fait une grieve douleur au patient, quand il vient à le cauterizer et entailler, à fin que le malade reçoive garison de son mal : au cas pareil l’entendement en la repugnance qu’il fait à la chair donne grande afliction à l’ame voluptueuse, pour totallement arracher et tollir d’elle les racines de volupté. Pour autant que d’elle proviennent toutes maladies, qui peuvent eschoir à l’ame. Entre lesquelles la plus greve et dangereuse est impieté, c'est-à-dire, mescognoissance et oubliance de Dieu, et ingratitude de ses biens, qu’il nous fait continuëllement. Quant à Quel mal encourent ceux qui n’ont pas d’entendement opinion et fantasie, elle n’attrait aucun nullement à bien, mais à mal plus tost. Auquel l’entendement estant par-dessus, repugne tousiours, en procurant le bien de l’ame, ainsi que le medecin la santé et côvolescence du corps. Or faut il entendre, qu’autant qu’il y a d’ames, qui ne ont cest entendement pour leur gouverneur, qu’elles souffrent et endurent telles ou semblables choses que les bestes brutes. Car leur lachant la bride il les delaisse à l’abandon de toutes cupiditez et voluptez charnelles, au desir et acomplissement desquelles sont transportez de ardente et affectueuse impetuosité, et comme bestes sauvages immoderement se forcenent de courroux, et convoytise. Et qui pis est, ne mettent iamais fin à leurs libidineuses voluptez, et autres maux et innumerables passions, que iournellement ilz cômettent. Aux quelz Dieu a ordonné une loy, comme d’iceux vindicatrice, et executrice de son divin commandement, à l’encontre de leurs enormes pechez, dont il est offensé. TAT. En ce lieu, mon pere, la dispute de fatalle destinée, que nous avons au dessus delaissée imparfaicte, se reveille. Car s’il est decerné par divine providence, que les uns soient adulteres, les autres sacrileges, pourquoy seront ilz puniz, atêdu qu’ilz ont delinqué contraintz par necessité de fatalle destinée ? TRISMEGISTE : Il est bien vray que toutes choses sont œuvres de Que toutes choses sont oeuvre de fatalité fatalité, mon filz, sans laquelle ne peult estre aucune chose corporelle, ne pareillement estre faict bien ou mal. Et est de Dieu ordonné que celuy qui commet quelque chose deshonneste, la souffre et endure. Laquelle il a commis toutesfois, à fin d’endurer par cela, tout ce qu’il souffre apres la perpetration du faict. Or quant à ceste fatalle destinée, et supplices que doivent endurer tous ceux qui delinquêt, nous en avons ailleurs traicté, parquoy nous supercederons à present d’en parler d’avantage. Mais maintenant nostre intention est, de traicter de l’entendement : cest à sçavoir qu’elle puissance il a, et combien est son instinct es hommes different des bestes brutes. Et comme il ne leur faict telle grace qu’aux hommes, en ce qu’il retrenche l’impetuosité de leur libidinité, et restrainct l’ardeur de leurs courroux. Dont ensuyt par cela qu’entre les homes aucuns sont raisonnables, les autres non, selon qu’ilz refrenent telles passions. Tous hommes doncques sont à trois choses subiectz, à fatalle destinée, à generation, et changement. Car defaict aussi le commencement et fin de fatalité, sont ces deux cy, sçavoir est, generation, et changement. Tous hommes aussi souffent ce qu’ordonne fatalité. Ceux neantmoins qui usent de raison, sçavoir ceux aux quelz (comme avons dit au dessus) entendement domine comme leur L’entendement ne souffre pas de la fatalité conducteur et maistre, n’endurent pas ainsi que les autres. Mais, à l’ocasion qu’ilz sont reculez d’improbité et de peché, et qu’ilz ne sont mauvais, aussi ne souffent ilz point de mal. TAT : Comme dites vous cecy mon pere ? TRISMEGISTE : Viens ça, que t’en semble, un adultere est il pas mauvais ? Un homicide, est il pas pareillement mauvais ? Un autre usant de raison, qui ne fera homicide, ny adultere, l’estimes-tu souffrir de mesme façon, que celuy qui le sera ? Non, non. Vray est, qu’il est impossible pouvoir fuyr la qualité du changement, ne pareillement l’effect de generation : si est il neantmoins facile à celuy qui a entendement, d’eviter le vice et peché ou chacun est enclin de nature. Par quoy mon filz, i’ay tousiours entendu de mon bon Ange mon inspirateur, que celuy qui redigeroit par escrit toutes choses dignes de memoire, feroit un grand fruict et singulier emolument au genre humain. C’est luy seul, mon filz, lequel speculant toutes choses, nous les declare, et espand sur nous ses divins oracles. Lequel ay autrefois entendu dire, que toutes choses, et principalement tous corps intelligibles, n’estoient que un, et que nous vivions par la puissance, et l’acte de Dieu, et par eternité. Et que l’ame de cestuy cy, est aussi bonne, que celle de celuy la. Ce que estant ainsi, convenoit conclure, qu’il ny avoit aucun different d’une chose intelligible
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.