Les Vers Dorés la tradition d’Hermès chez Pythagore Livre : Les Vers Dorés de Pythagore, par Fabre d’Olivet
Commentaires et explications du sens ésotérique des Vers Dorés par Fabre d’Olivet Vint-cinquième examen. J’en jure par celui qui grava dans nos coeurs La Tétrade sacrée, immense et pur symbole, Source de la Nature, et modèle des Dieux. Entraîné par mon sujet, j’ai oublié de dire que, selon Porphyre, il manque au texte des vers dorés, tel que l’a donné Hiérocles, deux vers, qui doivent être placés immédiatement avant ceux par lesquels s’ouvre la partie unitive de la doctrine de Pythagore, appelée perfection ; les voici : Dès l’instant du réveil, examine avec calme, Ce qu’il te reste à faire, et qu’il faut accomplir. Ces vers qui expriment le dessein général, de cette dernière partie, sont remarquables, et l’ont ne conçoit pas comment Hiérocles les a méconnus ou négligés. Quoiqu’ils n’ajoutent, il est vrai, rien au sens propre, ils disent pourtant beaucoup au sens figuré ; ils servent de preuve à la division de ce poème, qu’Hiérocles à lui-même a adoptée sans l’exprimer. Lysis indique assez fortement qu’il va passer à un nouvel enseignement : il appelle l’attention du disciple Pythagore sur la nouvelle carrière qui s’ouvre devant lui, et sur les moyens de la parcourir et d’arriver aux vertus divines qui doivent la couronner. Ce moyen est la connaissance de soi même, ainsi que je l’ai dit. Cette connaissance, tant recommandée par les anciens sages, tant exaltée par eux, qui devait ouvrir les avenues de toutes les autres et livrer la clef des mystères de la nature et des portes de l’Univers ; cette connaissance, dis-je, ne pouvait point être exposée sans voile à l’époque où vivait Pythagore, à cause des secrets qu’il aurait fallu trahir. Aussi, ce philosophe avait-il coutume de l’annoncer sous l’emblème de la tétrade sacrée, ou du quaternaire. Voilà pourquoi Lysis, en attestant le nom de son maître, le désigne en cette occasion, par le caractère le plus frappant de sa doctrine. "J’en jure, dit-il, par celui qui a révélé à notre âme la connaissance de la tétrade, cette source de la nature éternelle" c’est-à-dire, j’en jure par celui qui, enseignant à notre âme à se connaître elle-même, l’a mise en état de connaître toute la nature dont elle est l’image abrégée. Déjà, dans plusieurs de mes précédents Examens, j’ai expliqué ce qu’il fallait entendre par cette célèbre tétrade, et ce serait peut-être ici le cas d’en exposer les principes constitutifs ; mais cette exposition me mènerait trop loin. Il faudrait entrer pour cela dans des détails sur la doctrine arithmologique de Pythagore, qui, faute de données préalables, deviendraient fatigants et inintelligibles. La langue des nombres, dont ce philosophe faisait usage, à l’exemple des anciens sages, est aujourd’hui entièrement perdue. Les fragments qui nous en sont restés, servent plutôt à prouver son existence qu’à donner des lumières sur ses éléments ; car ceux qui ont composé ces fragments écrivaient dans une langue qu’ils supposaient connue, de la même manière que nos savants modernes, lorsqu’ils emploient l’algèbre. On serait sans doute, ridicule, si l’on voulait, avant d’avoir acquis aucune notion sur la valeur et l’emploi des signes algébriques, expliquer un problème renfermé dans ces signes ; ou, ce qui serait pis encore, s’en servir soi-même pour en poser un. Voilà pourtant ce qu’on a fait souvent, relativement à la langue des nombres. On a prétendu, non seulement l’expliquer avant de l’avoir apprise mais encore l’écrire. Aussi l’a-t-on rendue la chose du monde la plus pitoyable. Les savants la voyant ainsi travestie, l’ont justement méprisée ; et comme leur mépris n’était point raisonné, ils l’ont fait rejaillir, de la langue même, sur les anciens qui l’avaient employée. Ils ont agi en cela comme en beaucoup d’autres choses ; créant eux-mêmes la stupidité des sciences antiques, et disant ensuite : l’antiquité était stupide. Je tâcherai un jour, si je trouve le temps et les facilités nécessaires, de donner les vrais éléments de la science arithmologique de Pythagore, et je ferai voir que cette science était pour les choses intelligibles, ce que l’algèbre est devenu parmi nous pour les choses physiques ; mais je ne pourrai le faire qu’après avoir exposé quels sont les vrais principes de la musique ; car autrement je courrais risque de n’être pas entendu. Sans nous embarrasser donc des principes constitutifs du Quaternaire Pythagoricien, contentons nous de savoir qu’il était l’emblème général de toute chose se mouvant par elle-même, et se manifestant par ses modifications facultatives ; car, selon Pythagore, 1 et 2 représentaient les principes cachés des choses ; 3, leurs facultés, et 4, leur essence propre. Ces quatre nombres qui, réunis par l’addition, produisent le nombre 10, constituaient l’Etre, tant universel que particulier ; en sorte que le quaternaire qui en est comme la vertu, pouvait devenir l’emblème de tous les êtres, puisqu’il n’en est aucun qui ne reconnaisse des principes, qui ne se manifeste par des facultés plus ou moins parfaites, et qui ne jouisse d’une existence universelle ou relative ; mais l’être auquel Pythagore l’appliquait le plus ordinairement, était l’Homme. L’homme, ainsi que je l’ai dit, se manifeste comme l’Univers sous les trois modifications principales de corps, d’âme et d’esprit. Les principes inconnus de ce premier ternaire, sont ce que Platon appelle le même et le divers, l’indivisible et le divisible. Le principe indivisible donne l’esprit ; le principe divisible, le corps ; et l’âme prend naissance de ce dernier principe élaboré par le premier. Telle était la doctrine de Pythagore auquel Platon l’avait empruntée. Elle avait été celle des Egyptiens, comme on peut le voir dans les ouvrages qui nous restent sous le nom d’Hermès. Synesius, qui avait été initié à leurs mystères dit expressément que les âmes humaines émanent de deux sources ; l’une lumineuse, qui coule du haut des cieux ; l’autre ténébreuse, qui jaillit de la terre, dans les abîmes profonds de laquelle se trouve son origine. Les premiers chrétiens, fidèles à la tradition théosophique, suivaient le même enseignement ; ils établissaient une grande différence entre l’esprit et l’âme. Ils regardaient l’âme comme issue du principe matériel, et n’étant, par conséquent, ni éclairée, ni vertueuse par elle-même. L’esprit, disait Basilide, est un don de Dieu : c’est l’âme de l’âme, pour ainsi dire ; il s’unit à elle, il l’éclaire, il 1’arrache à la terre et l’élève avec lui dans le ciel. Beausobre, qui rapporte ces paroles, observe que ce sentiment était commun à plusieurs Pères de 1’église primitive, et particulièrement à Tatien. J’ai parlé souvent de ce premier ternaire, et même des triples facultés qui s’attachent à chacune de ses modifications ; mais comme je l’ai fait à plusieurs reprises, je crois utile d’en présenter ici l’ensemble, afin d’avoir occasion d’y réunir, sous un même point de vue, l’unité volitive, qui en fait résulter le quaternaire humain, en général, et l’être particulier, qui est l’homme. Les trois facultés qui, comme je l’ai dit, distinguent chacune des trois modifications humaines, sont la sensibilité pour le corps, le sentiment pour l’âme, l’assentiment pour l’esprit. Ces trois facultés développent l’instinct, l’entendement et l’intelligence qui produisent, par une mutuelle réaction, le sens commun, la raison et la sagacité. L’instinct placé au plus bas degré de la hiérarchie ontologique, est absolument passif ; l’intelligence élevée au sommet, est entièrement active, et l’entendement placé au centre est neutre. La sensibilité perçoit les sensations, le sentiment conçoit les idées, l’assentiment élit les pensées : la perception, la conception, l’élection, sont les modes d’agir de l’instinct, de l’entendement et de l’intelligence. L’entendement est le siège de toutes les passions que l’instinct alimente continuellement, excite, et tend à désordonner ; et que l’intelligence épure, tempère, et cherche toujours à mettre en harmonie. L’instinct réactionné par l’entendement, devient sens commun : il perçoit des notions plus ou moins nettes, suivant le plus ou le moins d’influence qu’il accorde à l’entendement. L’entendement réactionné par l’intelligence, devient raison : il conçoit des opinions d’autant plus justes, que ses passions sont plus calmes. La raison ne peut point, de son propre mouvement, arriver à la sagesse et trouver la vérité, parce qu’étant placée au milieu d’une sphère, et forcée d’y décrire, du centre à la circonférence, un rayon toujours droit et subordonné au point de départ ; elle a contre elle l’infini, c’est-à-dire que la vérité étant une, et résidant dans un seul point de la circonférence, elle ne peut être l’objet de la raison qu’autant qu’elle est connue d’avance, et que la raison est mise dans la direction convenable pour la rencontrer. L’intelligence, qui peut seule mettre la raison dans cette direction, par l’assentiment qu’elle donne au point de départ, ne saurait jamais connaître ce point que par la sagesse qui est le fruit de l’inspiration : or l’inspiration est le mode d’agir de la volonté, qui se joignant au triple ternaire que je viens de décrire, constitue le quaternaire ontologique humain. C’est la volonté qui enveloppe la ternaire primordial dans son unité, et qui détermine à se mouvoir chacune de ses facultés selon son mode propre : sans elle il n’y aurait point d’existence. Les trois facultés par lesquelles l’unité volitive se manifeste dans le triple ternaire, sont la mémoire, le jugement et l’imagination. Ces trois facultés agissant dans une unité homogène, n’ont point de haut ou de bas, n’affectent point une des modifications de l’être plutôt qu’une autre ; elles sont toutes où est la volonté, et la volonté opère à son gré dans l’intelligence ou dans l’entendement, dans l’entendement ou dans l’instinct : là où elle veut être, elle est ; ses facultés la suivent partout. Je dis qu’elle est là où elle veut être, lorsque l’être est entièrement développé ; car suivant le cours de la Nature, elle est d’abord dans l’instinct, et ne passe dans l’entendement et dans l’intelligence que successivement et à mesure que les facultés animiques et spirituelles se développent. Mais pour que ce développement ait lieu, il faut qu’elle le détermine ; car sans elle il n’y a point de Mouvement. Fixez bien ceci. Sans l’opération de la volonté, l’âme est inerte, et l’esprit stérile. Voilà l’origine de cette inégalité parmi les hommes, dont j’ai parlé. Quand la volonté ne sort point de la matière, elle constitue les hommes instinctifs ; quand elle se concentre dans l’entendement, elle produit les hommes animiques ; quand elle agit dans l’esprit, elle crée les hommes intellectuels. Sa parfaite harmonie dans le ternaire primordial, et son action plus ou moins énergique dans l’ensemble de leurs facultés, également développées, constituent les hommes extraordinaires doués d’un génie sublime ; mais les hommes de cette quatrième classe qui représente l’autopsie des mystères, sont extrêmement rares. Il suffit souvent d’une volonté forte, agissant soit dans l’entendement, soit dans l’intelligence, et s’y concentrant toute entière, pour étonner les hommes par des efforts de raisonnement et des éclats de sagesse, qui entraînent le nom de génie sans le mériter entièrement. On vient de voir naguère en Allemagne, la raison la plus extraordinaire dans Kant, manquer son but faute d’intelligence ; on avait vu dans la même contrée, l’intelligence la plus exaltée, dans Boehme, s’écrouler faute de raison. Il y a eu dans tous les temps, et parmi toutes les nations, des hommes semblables à Boehme et à Kant. Ces hommes ont erré faute de se connaître ; ils ont erré, par un manque d’harmonie qu’ils auraient pu acquérir, s’ils s’étaient donné le temps de se perfectionner ; ils ont erré, mais leur erreur même atteste la force de leur volonté. Une volonté faible, opérant soit dans l’entendement, soit dans l’intelligence, ne fait que des hommes sensés et des hommes d’esprit. Cette même volonté, agissant dans l’instinct, produit les hommes rusés ; et si elle est forte et violemment concentrée par son attract originel dans cette faculté corporelle, elle constitue les hommes dangereux à la société les scélérats et les brigands obscurs. Après avoir fait l’application du quaternaire pythagoricien à l’Homme, et avoir montré la composition intime de cet Être, image de l’Univers, selon la doctrine des anciens, je devrais peut-être en faire mouvoir les divers ressorts, pour montrer avec quelle facilité les phénomènes physiques et métaphysiques qui résultent de leur action combinée, s’en déduisent ; mais une pareille entreprise m’entraînerait nécessairement dans des détails étrangers à ces Examens. Il faut remettre encore ce point comme j’en ai remis plusieurs autres : je m’en occuperai dans un autre ouvrage, si les savants et les sages auxquels je m’adresse, approuvent le motif qui m’a mis la plume à la main.
128
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.