11
Le Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste. Version de 1557 de Loys Lazarel, livre 2
Le texte de cette version du Corpus Hermeticum est volontairement conservé en français du 16ème siècle.
Corpus Hermeticum d'Hermès Trismégiste, de Loys lazarel PYMANDRE. Dialogue I Comme une fois je pensais à la nature des choses, et élevais la subtilité de mon esprit au ciel, ayant mes sens corporels lors non moins assoupis, que ceux qui à cause de trop grande replétion ou DE MERCURE A PYMANDRE ou autre ennui et fâcherie qui leur auient , son de sommeil opprimés : soudain me sembla voir quelqu’un de fort grande stature corporelle, qui par mon nom m’appelant, en telle sorte s’écriait. Qu’est-ce, ô Mercure que plus tu désires ouir et voir ? Qu’est-ce que tu souhaites apprendre, et entendre ? A donc tout transporté d’effroi, lui demandais qu’il était. Je suis, dit-il, Pimander, la pensée de la divine puissance : parquoi regarde ce qu’auras vouloir de savoir, et entendre, car en tout et partout t’aiderai. Lors lui fit réponse que j’avait grand vouloir d’apprendre la nature, essence, et ressort de toutes choses : et principalement de connaître Dieu, le facteur d’icelles. A quoi me dit. Emploie toi donc de tout ton cœur et affection, à m’aimer, et te rendrais savant et expert, en tout ce que tu désires savoir et comprendre. Ce dit, changea la forme en laquelle s’était à moi apparu, et me découvrit et révéla soudainement tout ce que je désirais. De sorte que je vis clairement un fort grand réceptacle et épouvantable vision. Savoir est qu’il me semblait que toutes choses fussent converties en une fort douce et aimable lumière, laquelle contemplant merveilleusement me délectais. Un peu après quelque ombre horrible et émerveillable par un pli et tournoiement de travers, descendait peu à peu par-dessous, laquelle se convertissait en une nature humide, émue d’un UNE VOIE DE LUMIERE grand trouble et émotion. D'où avec violence et impétuosité failloit une grosse fumée, faisant un grand son duquel sortait une voix. Laquelle ai bien estimé être la voix de la susdite lumière. De cette voix de lumière, est sortie la parole, laquelle aydant et prestant faveur a nature humide l'entretenoit en chaleur. Mais des entrailles de cette nature humide un vrai feu s'envolant, soudainement à cause de la légèreté à monter en haut. L'air semblablement, qui de sa nature est agil et subtil obeissant à l'esprit, à obtenu et occupé le milieu de la région entre l'eau et le feu. Mais l'eau et la terre étaient ensemble en telle sorte mêlées, que le dessus de la terre était tellement noyé et abîmé, qu'en nul lieu n'apparaissait, lesquelles deux ont été puis après mûes et séparées l'un de l'autre par le verbe spirituel, qui était porté sur eux, bruyant et retondissant de toute part alentour de leurs oreilles. Alors me demanda Pimander si je comprends ce que dénote cette vision. Auquel fit réponse que non : mais que j'avait grand vouloir de l'entendre, moyennant que son bon plaisir fût me la déclarer. A donc dit. Cette lumière que tu as vue, n'est autre chose que ma puissance divine, ton souverain Dieu et créateur, plus ancien incomparablement, que nature humide, qui est issue de l'ombre. Mais le germe de la pensée divine, est le Verbe lumineux, VOIT ET OYT lumineux fils de Dieu. De quoi, m’émerveillant, quoi donc, dis-je ! Il est ainsi, dit-il, comme je dis. Mais à fin que plus aisément tu l’entendes, penses que ce qui en toi voit et oit, soit le verbe divin, et ton entendement soit Dieu le père. Car ils ne sont pas disjoints, ni séparés l’un de l’autre, mais entre eux deux n’y a qu’une seule union et société de vie. A donc l’ai mercié du plaisir qu’il m’avait fait. Et m’a admonesté de soigneusement considérer en moi-même avant toute chose, et de parfaitement connaître la lumière, qu’avais vue auparavant. Tantôt qu’il a eu achevé son propos, je l’ai encore derechef supplié de me donner à connaître son essence. Ce que fit tôt qu’il eu fait, j’aperçu incontient en mon entendement avoir une si grande clarté, et de si grand force et vertu esprise, qu’il ne m’est loisible de le savoir dire et raconter : comme si vous vouliez dire un feu grandement embrasé, et allumé d’une merveilleuse et excessive ardeur, et m’estroiant (étant) en sa fermeté, vertu et embrasement. Ce que j’ai aperçu par la parole de Pimander : lequel me voyant si fort transporté de frayeur, m’a derechef aimablement consolé, en me disant. As-tu pas aperçu et senti en ton entendement la première espèce, s’enforcissant continuellement de plus en plus d’une puissance et vertu infinie. Ainsi aucunement est-il de moi Pimander. L’ai puis LES ELEMENTS DE LA NATURE après plus outre inféré, en lui demandant d’où avait pris leur origine les Eléments de nature. Lequel me répondit, que c’était de la volonté de Dieu, lequel de grande affection aimant son verbe, et considérant le monde qu’il avait fait, être doué de grande beauté, à l’exemple d’icelui a exorné ce qui restait des siens propres éléments et semences vitales. D’avantage cette divine puissance qui est Dieu, vie et lumière, très plein de fertilité de l’un et de l’autre sexe, avec son Verbe a produit un autre suprême puissance, laquelle n’est ensemble avec lui qu’un Dieu, qu’un feu, qu’un esprit, qu’une divinité et majesté. Il a fait après sept gouverneurs, pour et à celle fin de gouverner, régir, et embrasser avec leurs cercles le monde sensible. La disposition et ordonnance desquels, s’appelle destinée fatale. A la fin le Verbe divin a assemblé et conjoint des Eléments inférieurs le vrai et pur artifice de nature, lequel a été uni et conjoint à la puissance divine, attendu qu’il était a elle consubstantiel. Et ont été délaissés les Eléments de nature pendre contre bas, sans en avoir autre raison, ou solution, sinon afin qu’ils fussent comme la seule matière et sujette à génération et corruption. Finalement la divine puissance ensemble avec le verbe qui auparavant retenait les sphères qu’elles ne tournassent, les a soudainement fait tour- DE LA PUISSANCE Tourner avec une merveilleuse force et violence : en contraignant son organe et facture céleste lui obeir, en lui commandant tourner dès le commencement sans commencement, jusqu’à la fin, sans fin. Car aussi commence elle d’où fini elle fini. Ce que certes n’est autre chose que le circuit, et tournoiement de tout ce que nous voyons. Au surplus ainsi que bon a semblé à la divine puissance, elle a fait et composé des éléments inférieurs les bêtes brutes et sans raison. L’air a produit les oiseaux, et l’eau les poissons. En la sorte pareillement qu’il a plu à la puissance divine, l’eau et la terre, qui auparavant étaient mêlées ensembles, ont été distinguées et séparées. Et la terre a produit puis après, et enfanté les animaux, qu’elle contenait au dedans de soi. A savoir les uns à quatre pieds, les autres n’en ayant point, mais seulement qui se coulant et traînant sur la terre, les aucuns sauvages, les autres champêtres, les autres domestiques. Mais le père, qui est intelligence, vie, lumière de toutes choses, voulant par un haut fait consommer les œuvres, a créé l’homme à son image et semblance : et lui, comme à son propre et naturel fils, s’est enjoui et complu. Et ce à cause qu’il le voyait être accompli en toute beauté, et qu’il portait l’image et semblance de son père et créateur. Car Dieu au vrai dire fort delecté en LA PHILOSOPHIE NATURELLE sa propre figure, et illustre marque, qu’il voyait reluire en l’homme, à voulu que toutes les œuvres qu’il avait faites auparavant, fussent asservies à l’homme pour son usage. Lequel se voyant seul après Dieu avoir la domination sur toutes choses, et regardant comme Dieu les avaient crées en temps et en lieu, il a pareillement attenté de sa part à l’exemple du Créateur de faire le semblable que lui. Dont est tombé de là contemplation de son père le Créateur en la sphère de génération. Et comme fût qu’il obtint la puissance sur toutes choses, il a aussi élevé son entendement vers l’œuvre des sept gouverneurs du monde, afin de comprendre par la vivacité de son esprit, leurs offices et actions. Dont eux s’essouflant de l’appréhension et vouloir humain, un chacun d’eux a rendu l’homme participant de son propre ordre et discours. Lequel après avoir appris et connu leur essence et ressort, et vu leur propre nature desia fort désireux pénétrer par le moyen de son esprit, résoudre et expliquer, que pouvoir être la rondeur et circuit de ces cercles : et comprendre la vertu du gouverneur qui préside au feu. Et qui se voyait avoir eu en Dieu la puissance et domination sur toutes bêtes brutes et sans raison, il s’est élevé, et par une harmonie est sailli jusques es cieux, les pénétrants jusques à avoir leur entière connaissance, et donner solution d’iceux et démontrer LA SEMBLANCE DE L HOMME EN L EAU Démontrer par vive raison la nature qui pend contre bas n’être autre chose qu’une belle face et figure de Dieu. Lequel homme après avoir bien et diligemment spéculé la beauté de cette nature être fort plaisante et agréable, ensemble tout l’œuvre et action des sept gouverneurs : et même qu’il possédait l’image et semblance de son Dieu, il lui a soubris, et d’un affectueux amour favorisé. Et ce à raison qu’il spéculait en l’eau comme l’image et caractère de l’humaine beauté, et quelque grande merveille d’icelle être cachée et muselée en la terre. Se voyant donc avoir une semblable effigie comme il la voyait en l’eau, l’a grandement aimée, désirant se mêler avec elle afin d’engendrer et procréer son semblable. Quant et quant l’effet à ensuivit sa volonté, dont a engendré une forme aliene toutes fois et non participante de raison. Mais nature aimant cela en quoi du tout était transporté et ravi son désir, c’est avec icelui mêlée et conjointe. Car entre toutes bêtes terriennes, l’homme seul est estimé de double nature. Mortel premièrement à cause du corps, secondement immortel au cause de l’homme substantiel, c'est-à-dire, de l’âme. Car au regard d’elle, il n’est nullement soumis à la mort, et par cela obtient la maîtrise et domination sur toutes autres créatures de ce monde. Mais toutes autres choses vivante et sujettes LE PECHE DE L HOMME à fatales destinée, l’endurent des deux côtés. L’homme donc a été autres fois supérieure harmonie (c'est-à-dire tout céleste) mais étant tombé en l’harmonie inférieure de ce monde (c'est-à-dire, après avoir décliné de la contemplation de Dieu son père, tournant son vouloir aux choses caduques et fragiles de ce monde) a été serf, et quant à son corps, soumis à toute calamité et infortune. Etant ce néant moins muni de fertilité des deux sexes par celui qui est la source et origine des arbres et ruisseaux, et maintenu soigneux et vigilant par celui qui jamais ne dort, pour régir et gouverner ce qui lui a été soumis, est contre gardé que totalement ne périsse. Or entend que c’est ci le mystère qui a été jusqu’à présent au genre humain. Car nature se mêlant avec l’homme, a fait un miracle, qui surmonte l’admiration et merveille de tous autres miracles. Car lui bien instruit par le père et l’esprit (desquels ai parlé un peu au dessus) de l’harmonie des sept gouverneurs, et enseigné qu’elle était leur essence et propriété, nature n’a aucunement restitué. Mais qui plus est, elle a soudain fait et produit sept hommes selon les natures et propriétés des sept gouverneurs, participants ensemble de masculin et féminin sexe. Ne me pouvant plus contenir, j’ai à la fin ainsi inféré. Ô Pimander divine L’AME ET L ENTENDEMENT divine puissance, j’ai un peu au dessus été épris d’un passionné désir de savoir, et connaître les secrets de la nature, lesquels vous a plu me déclarer : au réveil sera en vous, s’il vous vient à gré de par finir le surplus, et de ne me laisser suspend, et douteux en aucune chose concernant les affaires de nature. A quoi me répondant, a commandé me taire, attendu qu’il n’avait pas (ainsi qu’il disait) encores parachevé son premier propos. A donc dit. Tu dois savoir, que la génération des sept gouverneurs (comme j’ai dit) a ainsi été faite : car l’air féminin et l’eau idoine de concevoir a du feu pris la maturité, et du ciel l’esprit : et ainsi nature a conglutiné les corps pour au vif tirer l’humaine espèce. Mais elle n’a pas procédé à faire l’âme et l’entendement, de vie et lumière indifféremment. Car la vie lui a donné l’âme, et la lumière l’entendement. Or faut entendre que tous tels membres provenaient des sens du monde jusque à la fin de la révolution et circuit des principautés, et commencements, ensemble de tous genres. Au surplus entends, et retiens le reste de mon propos, lequel naguère tu disais avoir si grand vouloir d’ouïr, et entendre. Le circuit finalement des sept Gouverneurs parachevé et révolu, le nœud de toutes choses (comme Dieu a voulu) a été délié. Car tous animaux tant masculins L AMOUR DU CORPS masculins que féminins, et l’homme pareillement, qui auparavant ne pouvait engendrer ni concevoir, ont été dissous. De manière que les mâles d’une part, et les femelles de l’autre, se fassent et se parfassent. Et Dieu incontinent par sa sainte parole a crié à haute voix. Produisez, croissez, et vous dilatez, toutes mes semences, et toutes mes œuvres. Vous aussi auquel est prêté quelque portion part est entendement, reconnaissez votre genre, et considérez votre nature être immortelle. Sachez que l’amour et affection désordonnée de ce corps, est cause de la mort. Apprenez donc parfaitement la nature de toutes choses. Ce dit, la divine providence par une fatale destinée, et harmonie, a inspiré les corps de tous animaux tant mortels, comme immortels, les missions des semences génératives : et ainsi a ordonné les générations, dont toutes choses selon leur genre propre et naturel se sont entendues, et dilatées. Finalement celui qui s’est reconnu sans tomber en infâme, ingratitude et méconnaissance des biens du Seigneur, et auteur de tout bien, a conquis ce souverain bien, qui est sur toute essence. Mais celui qui a été trop curieux de ce corps mortel, et qui l’a outre mesure aimé, s’est enveloppé es horribles ténèbres de la mort, apercevant assez par ses sens les maux et calamités, LE PECHE D’IGNORANCE calamités, qui d’elle proviennent. A ce propos je l’ai ainsi interrogé. Que délinquant tant les ignorants, pour être ainsi privé d’immortalité ? Me reprenant aigrement, me dit que je montre n’entendre pas assez ce que de lui ai entendu. A quoi lui répondis, que ores que j’eusse dit de prime face ne l’entendre, s’il est ce qu’a donc le comprends, et en est bien records : fort qu’il y a encore une chose à laquelle ne me peux assez émerveiller, à savoir pour quelle raison sont dignes de mort ceux qui meurent. Et dit que c’est à cause d’une ombre triste et hideuse, laquelle a précédé leurs propres corps, de laquelle est issue nature humide, dont a été fait le corps de l’homme en ce monde sensible, duquel corps procède la mort. N’entends-tu pas bien cela, ô Mercure, dit-il ? Tu entends aussi (comme j’estime) la raison pour laquelle au contraire celui qui se connaît et obéis à Dieu, est mué en nature divine, ainsi que le Verbe divin te l’a donné à entendre. C’est, dis-je (comme je pense) à cause que le père de toute choses, qui est Dieu, duquel l’homme a sa naissance, consiste de vie et de lumière. C’est cela, dit-il, tu dis bien. Car Dieu le créateur et père de toutes choses, est lumière et vie, par lequel est fait et crée l’homme. Si donc tu te connais être de cette vie
Le Grand-Oeuvre d'Hermès
- Hermès
- Accueil
  - Livre d'Hermès
  - Salle d'Hermès
  - Hermès Corp 0
  - Hermès Corp 1
  - Hermès Corp 2
  - Hermès Corp 3
  - Hermès Corp 4
  - Hermès Corp 5
  - Hermès Corp 6
  - Hermès Corp 7
  - Hermès Corp 8
  - Hermès Corp 9
  - Hermès Corp 10
  - Hermès Corp 11
  - Hermès Corp 12
  - Hermès Corp 13
  - Hermès Corp 14
  - Hermès Corp 15
  - Hermès Corp 16
  - Hermès Corp 17
  - Hermès Corp 18
  - Hermès Corp 19
  - Hermès Corp 20
  - Hermès Corp 21
  - Hermès Corp 22
  - Hermès Corp 23
  - Hermès Corp 24
  - Hermès & Roy 1
  - Hermès & Roy 2
  - Hermès & Roy 3
  - Hermès & Roy 4
  - Hermès & Roy 5
  - Hermès & Roy 6
  - Hermès & Roy 7
  - Hermès & Roy 8
  - Fables Lévi 1
  - Fables Lévi 2
  - Fables Lévi 3
  - Fables Lévi 4
  - Fables Lévi 5
  - Fables Lévi 6
  - Fables Lévi 7
  - Fables Lévi 8
  - Fables Lévi 9
  - Fables Lévi 10
  - Fables Lévi 11
  - Fables Lévi 12
  - Ovide 1
  - Ovide 2
  - Ovide 3
  - Ovide 4
  - Ovide 5
  - Ovide 6
  - Ovide 7
  - Ovide 8
  - Ovide 9
  - Ovide 10
  - Ovide 11
  - Ovide 12
  - Ovide 13
  - Ovide 14
  - Ovide 15
  - Ovide 16
  - Ovide 17
  - Ovide 18
  - Ovide 19
  - Ovide 20
  - Ovide 21
  - Ovide 22
  - Ovide 23
  - Ovide 24
  - Ovide 25
  - Ovide 26
  - Ovide 27
  - Ovide 28
  - Ovide 29
  - Ovide 30
  - Ovide 31
  - Ovide 32
  - Ovide 33
  - Ovide 34
  - Ovide 35
  - Ovide 36
  - Ovide 37
  - Ovide 38
  - Ovide 39
  - Ovide 40
  - Ovide 41
  - Ovide 42
  - Ovide 43
  - Ovide 44
  - Ovide 45
  - Ovide 46
  - Ovide 47
  - Ovide 48
  - Ovide 49
  - Ovide 50
  - Ovide 51
  - Ovide 52
  - Ovide 53
  - Ovide 54
  - Ovide 55
  - VD F Olivet 1
  - VD F Olivet 2
  - VD F Olivet 3
  - VD F Olivet 4
  - VD F Olivet 5
  - VD F Olivet 6
  - VD F Olivet 7
  - VD F Olivet 8
  - VD F Olivet 9
  - VD F Olivet 10
  - VD F Olivet 11
  - VD F Olivet 12
  - VD F Olivet 13
  - VD F Olivet 14
  - VD F Olivet 15
  - VD F Olivet 16
  - VD F Olivet 17
  - VD F Olivet 18
  - VD F Olivet 19
  - VD F Olivet 20
  - VD F Olivet 21
  - VD F Olivet 22
  - VD F Olivet 23
  - VD F Olivet 24
  - VD F Olivet 25
  - VD F Olivet 26
  - Pythagore 1
  - Pythagore 2
  - Pythagore 3
  - Tablettes de Thoth
  - Tablette 1
  - Tablette 2
  - Tablette 3
  - Tablette 4
  - Tablette 5
  - Tablette 6
  - Tablette 7
  - Tablettes 8
  - Tablette 9
  - Tablette 10
  - Tablette 11
  - Tablette 12
  - Tablette 13
  - Tablette 14
  - Tablette 15
  - Salle du Corpus
  - Corpus avis
  - Livre 1 corpus
  - Livre 2 corpus
  - Livre 3 corpus
  - Livre 4 corpus
  - Livre 5 corpus
  - Livre 6 corpus
  - Livre 7 corpus
  - Livre 8 corpus
  - Livre 9 corpus
  - Livre 10 corpus
  - Livre 11 corpus
  - Livre 12 corpus
  - Livre 13 corpus
  - Livre 14 corpus
  - Livre 15 corpus
  - Livre 16 corpus
  - Livre 17 corpus
  - Intro table Em
  - Table Emeraude
  - T Emeraude A 1
  - T Emeraude A 2
  - T Emeraude A 3
  - Livre SIH intro
  - Livre SIH 1
  - Livre SIH 2
  - Livre SIH 3
  - Livre SIH 4
  - Livre SIH 5
  - Livre SIH 6
  - Livre SIH 7
  - Livre SIH 8
  - Livre SIH 9
  - Salle ésotérisme
  - Koot Houmi 1
  - Koot Houmi 2
  - Koot Houmi 3
  - Koot Houmi 4
  - Koot Houmi 5
  - Koot Houmi 6
  - Koot Houmi 7
  - Koot Houmi 8
  - Koot Houmi 9
  - Koot Houmi 10
  - Koot Houmi 11
  - Koot Houmi 12
  - Koot Houmi 13
  - Koot Houmi 14
  - Koot Houmi 15
  - Koot Houmi 16
  - Koot Houmi 17
  - Koot Houmi 18
  - RC et FM 1
  - RC et FM 2
  - RC et FM 3
  - Salle d'Alchimie
  - Espagnet 1
  - Espagnet 2
  - Espagnet 3
  - Espagnet 4
  - Espagnet 5
  - Espagnet 6
  - Espagnet 7
  - Espagnet 8
  - Espagnet 9
  - Espagnet 10
  - Ariadne 1
  - Ariadne 2
  - Ariadne 3
  - Ariadne 4
  - Ariadne 5
  - Ariadne 6
  - Ariadne 7
  - Ariadne 8
  - Ariadne 9
  - Ariadne 10
  - FEG Pernety 1
  - FEG Pernety 2
  - FEG Pernety 3
  - FEG Pernety 3D
  - FEG Pernety 4
  - FEG Pernety 5
  - FEG Pernety 6
  - FEG Pernety 7
  - FEG Pernety 8
  - FEG Pernety 9
  - FEG Pernety 10
  - FEG Pernety 11
  - FEG Pernety 12
  - FEG Pernety 13
  - FEG Pernety 14
  - FEG Pernety 15
  - FEG Pernety 16
  - FEG Pernety 17
  - FEG Pernety 18
  - FEG Pernety 19
  - FEG Pernety 20
  - FEG Pernety 21
  - FEG Pernety 22
  - FEG Pernety 22D
  - FEG Pernety 23
  - FEG Pernety 24
  - FEG Pernety 25
  - FEG Pernety 25D
  - FEG Pernety 26
  - FEG Pernety 27
  - FEG Pernety 28
  - FEG Pernety 28D
  - FEG Pernety 29
  - FEG Pernety 29D
  - FEG Pernety 30
  - FEG Pernety 31
  - FEG Pernety 32
  - FEG Pernety 33
  - FEG Pernety 33D
  - FEG Pernety 34
  - FEG Pernety 35
  - FEG Pernety 35D
  - FEG Pernety 36
  - FEG Pernety 37
  - FEG Pernety 38
  - FEG Pernety 39
  - FEG Pernety 40
  - FEG Pernety 41
  - FEG Pernety 42
  - FEG Pernety 43
  - FEG Pernety 44
  - FEG Pernety 45
  - FEG Pernety 46
  - FEG Pernety 47
  - FEG Pernety 48
  - FEG Pernety 49
  - FEG Pernety 50
  - FEG Pernety 51
  - FEG Pernety 52
  - FEG Pernety 53
  - FEG Pernety 54
  - FEG Pernety 55
  - FEG Pernety 56
  - FEG Pernety 57
  - FEG Pernety 58
  - FEG Pernety 59
  - Noce chimique 1
  - Noce chimique 2
  - Noce chimique 3
  - Noce chimique 4
  - Noce chimique 5
  - Noce chimique 6
  - Noce chimique 7
  - Noce chimique 16
  - Noce chimique 8
  - Noce chimique 9
  - Noce chimique 10
  - Noce chimique 11
  - Noce chimique 12
  - Noce chimique 13
  - Noce chimique 14
  - Noce chimique 15
  - Cantique 1
  - Cantique 2
  - Cantique 3
  - Cantique 4
  - Cantique 5
  - Cantique 6
  - Cantique 7
  - Cantique 8
  - Cantique 9
  - Cantique 10
  - Cantique 11
  - Cantique 12
  - Cantique 13
  - Cantique 14
  - Chrysopée 1
  - Chrysopée 2
  - Etoile 1
  - Etoile 2
  - Etoile 3
  - Basile Valentin 1
  - Basile Valentin 2
  - Basile Valentin 3
  - Basile Valentin 4
  - Basile Valentin 5
  - Basile Valentin 6
  - Basile Valentin 7
  - Givry 1
  - Givry 2
  - Givry 3
  - Givry 4
  - Givry 5
  - Givry 6
  - Givry 7
  - Givry 8
  - Givry 9
  - Givry 10
  - Givry 11
  - Givry 12
  - Givry 13
  - Givry 14
  - Irshou 1
  - Irshou 2
  - Irshou 3
  - Irshou 4
  - Irshou 5
  - Irshou 6
  - Irshou 7
  - Irshou 8
  - Irshou 9
  - Lettre Koot 1
  - Lettre Koot 2
  - Lettre Koot 3
  - Lettre Koot 4
  - Lettre Koot 5
  - Livre Liebniz 1
  - Livre de Liebniz 2
  - Livre de Liebniz 3
  - Grand arcane int
  - Grand arcane 1
  - Grand arcane 2
  - Grand arcane 3
  - Grand arcane 4
  - Grand arcane 5
  - Grand arcane 6
  - Grand arcane 7
  - Grand arcane 8
  - Grand arcane 9
  - Grand arcane 10
  - Grand arcane 11
  - Grand arcane 12
  - Grand arcane 13
  - Grand arcane 14
  - Grand arcane 15
  - Grand arcane 16
  - Grand arcane 17
  - Grand arcane 18
  - Grand arcane 19
  - Grand arcane 20
  - Grand arcane 21
  - Grand arcane 22
  - Grand arcane 23
  - Grand arcane 24
  - Grand arcane 25
  - Grand arcane 26
  - Grand arcane 27
  - Grand arcane 28
  - Grand arcane 29
  - Salle occultisme
  - Boehme 1
  - Boehme 2
  - Boehme 3
  - Boehme 4
  - Boehme 5
  - Boehme 6
  - Boehme 7
  - Cit Eliphas 1
  - Cit Eliphas 2
  - Cit Eliphas 3
  - Cit Eliphas 4
  - Cit Eliphas 5
  - Cit Eliphas 6
  - Clav Salomon 1
  - Clav Salomon 2
  - Clav Salomon 3
  - Clav Salomon 4
  - Clav Salomon 5
  - Clav Salomon 6
  - Clav Salomon 7
  - Clav Salomon 8
  - Clav Salomon 9
  - Clav Salomon 10
  - Clav Salomon 11
  - Clav Salomon 12
  - Clav Salomon 13
  - Clav Salomon 14
  - Clav Salomon 15
  - Clav Salomon 16
  - Clav Salomon 17
  - Clav Salomon 18
  - Voix silence 1
  - Voix silence 2
  - Voix silence 3
  - Voix silence 4
  - Voix silence 5
  - Voix silence 6
  - Voix silence 7
  - Voix silence 8
  - Voix silence 9
  - Voix silence 10
  - Voix silence 11
  - Voix silence 12
  - Voix silence 13
  - Voix silence 14
  - Voix silence 15
  - Voix silence 16
  - Voix silence 17
  - Voix silence 18
  - Evang Thomas 1
  - Evang Thomas 2
  - Evang Thomas 3
  - Evang Thomas 4
  - Evang Thomas 5
  - Evanf Thomas 6
  - Evang Thomas 7
  - Evang Thomas 8
  - Lao Tseu 1
  - Lao Tseu 2
  - Lao Tseu 3
  - Lao Tseu 4
  - Lao Tseu 5
  - Lao Tseu 6
  - Lao Tseu 7
  - Lao Tseu 8
  - Lao Tseu 9
  - Livre Hénoc 1
  - Livre Hénoc 2
  - Livre Hénoc 3
  - Livre Hénoc 4
  - Livre Hénoc 5
  - Livre Hénoc 6
  - Livre Hénoc 7
  - Bhagavad Gita 1
  - Bhagavad Gita 2
  - Bhagavad Gita 3
  - Bhagavad Gita 4
  - Bhagavad Gita 5
  - Bhagavad Gita 6
  - Bhagavad Gita 7
  - Bhagavad Gita 8
  - Bhagavad Gita 9
  - Bhagavad Gita 10
  - Bhagavad Gita 11
  - Bhagavad Gita 12
  - Bhagavad Gita 13
  - Bhagavad Gita 14
  - Bhagavad Gita 15
  - Bhagavad Gita 16
  - Bhagavad Gita 17
  - Bhagavad Gita 18
  - Bhagavad Gita 19
  - Méditation 1
  - Méditation 2
  - Méditation 3
  - Méditation 4
  - Médiation 5
  - Méditation 6
  - Méditation 7
  - Méditation 8
  - Méditation 9
  - Méditation 10
  - Meditation 11
  - Méditation 12
  - Méditation 13
  - Méditation 14
  - Méditation 15
  - Méditation 16
  - Méditation 17
  - Méditation 18
  - Méditation 19
  - Méditation 20
  - Méditation 21
  - Méditation 22
  - Médiation 23
  - Méditation 24
  - Meditation 25
  - Méditation 26
  - Méditation 27
  - Méditation 28
  - Méditation 29
  - Méditation 30
  - Méditation 31
  - Méditation 32
  - Méditation 33
  - Méditation 34
  - Méditation 35
  - Méditation 36
  - Méditation 37
  - Méditation 38
  - Méditation 39
  - Méditation 40
  - Méditation 41
  - Méditation 42
  - Méditation 43
  - Méditation 44
  - Méditation 45
  - Méditation 46
  - Méditation 47
  - Méditation 48
  - Méditation 49
  - Méditation 50
  - Méditation 51
  - Méditation 52
  - Méditation 53
  - Méditation 54
  - Méditation 55
  - Méditation 56
  - Méditation 57
  - Méditation 58
  - Méditation 59
  - Méditation 60
  - Méditation 61
  - Méditation 62
  - Méditation 63
  - Méditation 64
  - Méditation 65
  - Méditation 66
  - Méditation 67
  - Méditation 68
  - Méditation 69
  - Méditation 70
  - Méditation 71
  - Méditation 72
  - Méditation 73
  - Méditation 74
  - Méditation 75
  - Méditation 76
  - Méditation 77
  - Méditation 78
  - Méditation 79
  - Méditation 80
  - Méditation 81
  - Méditation 82
  - Méditation 83
  - Méditation 84
  - Méditation 85
  - Méditation 86
  - Méditation 87
  - Méditation 88
  - Méditation 89
  - Méditation 90
  - Méditation 91
  - Méditation 92
  - Méditation 93
  - Méditation 94
  - Méditation 95
  - Info travaux
  - Téléchargements
- Cabbale
- Tarot
- Contact
- Blogs & forums
.